Ma ville

{$temp.oBarreOutils.print}

Histoire de Versailles

Versailles : une ville née de la volonté du roi Louis XIV, mise en scène par Jules Hardouin Mansart, premier architecte, et André Le Nôtre, jardinier

Comprendre l’urbanisme de Versailles

La forme urbaine actuelle de Versailles provient d’ajouts successifs, qui ne se sont pas faits en continu, mais plutôt par accélération sur des périodes assez brèves. Au début du XVIème siècle, Versailles est un petit village de 400 habitants, situé au carrefour de voies de commerce. A partir de 1670, sous l’impulsion de Louis XIV et de ses architectes, une ville se développe autour d’un modèle véritablement nouveau, caractérisé par un parti pris très monumental, construit autour d’alignements rigoureux, de bâtiments discontinus, constituant des pavillons bas au milieu d’îlots. À partir de 1715 et jusqu’à la Révolution, la ville de Versailles se développe sur le schéma plus classique des villes bourgeoises du XVIIIème siècle. Les immeubles remplacent les pavillons bas et la cité-jardin discontinue fait place à une ville continue et dense. Versailles s’accroit du quartier des Près, qui remplace l’étang de Clagny. En 1773, le comte d’Angevilliers est nommé directeur des Bâtiments et impose une administration rigoureuse dont l’outil principal de contrôle est la demande d’un permis de construire, rendue obligatoire à partir de 1779. Les immeubles doivent suivre une composition verticale rigoureuse. Les combles à la Mansart sont interdits et remplacés par un comble droit en pente de 30%.

En 1789, Versailles atteint 70 000 habitants et fait alors partie des principales villes françaises. Vingt-cinq ans plus tard, suite au transfert du pouvoir politique à Paris, la cité n’en compte plus que 25 000. L’arrivée du chemin de fer en 1839 transforme à nouveau la ville, qui va s’étendre au-delà des anciennes limites des octrois. De nouveaux quartiers apparaissent progressivement au niveau du parc de Clagny, du  territoire de Glatigny et du grand Montreuil entre 1890 et 1910. De nouveaux modèles architecturaux voient le jour, marquant le triomphe de la meulière. À la suite de la Seconde Guerre mondiale, Versailles connait à nouveau une période d’intense densification. A l’exception de quelques opérations de centre ville (l’opération immobilière de la Petite Place, quelques immeubles dans le quartier Saint-Louis) c’est principalement, une nouvelle fois, à la périphérie que se fait le développement sur les terrains des anciens pépiniéristes dont l’activité périclite (Grand Siècle, le groupe Vauban, la Roseraie, la résidence Richard Mique, les immeubles du quartier Bernard de Jussieu, Moser). L’histoire urbaine de Versailles se fait donc par conquêtes successives de terrains à des périodes architecturales différentes. Il en résulte une ville au tissu urbain assez hétérogène entre les huit quartiers de la ville.

Origines du nom Versailles

"Ce serait en l'an 1038, que Versailles, apparaît dans l'Histoire comme un nom de terre d'un certain HUGUES, témoin d'un don fait à l'abbaye de Saint-Père, par EUDES, comte de CHARTRES : HUGO de VERSAILLES (1)" .

Bien des origines ont été proposées ; les germaniques y voient les 2 mots : Warge=monticule et Allein=isolé. Etymologie bien fantaisiste, car rien ne laisse croire que Versailles ait existé à l'époque Franque. Traditionnellement, l'on a dit aussi qu'en raison du grand vent, les blés y "versaient" fréquemment! Or cet accident est trop répandu pour que l'on ait pu l'attribuer spécialement à une localité. Nous pensons, comme LERICHE, que ce mot signifie : terres défrichées, labourées ou "versées". Ce terme décrit en effet l'action de la charrue qui, après avoir rendu la terre, la déverse sur le côté : c'est le sens primitif de "versare" (retourner). Les "Versailles" seraient donc des terres nouvellement labourées, évoquant l'idée de défrichement et s'opposant à la croyance , si répandue, que notre territoire n'était que marais, bois et étangs. Ce terme se rattacherait à la même forme que " semailles". Cette étymologie agricole et bien française n'est pas pour nous déplaire et nous nous y arrêterons.(2) " (extrait de "Versailles, cité royale" par HENRI LEMOINE, 1955)


(1): Il existait à Paris depuis le XIIIème siècle au moins, une "rue de Versailles"
(2) : En vieux français, Versail signifiait un endroit dénudé, sans herbe, bien labouré.

Les Armoiries de Versailles

Les armoiries de la ville sont apparues pour la première fois en 1789. Après les tribulations et transformations diverses voulues par les différents régimes qui se succédèrent, la Commission Départementale d' Héraldique les enregristra en 1944. Elle en fit le blason qui se lit : "d'azur à trois fleurs de Lys d'or au chef d'argent chargé d'un coq bicéphale issant au naturel ". L'écu est timbré de la couronne murale d'or des Villes royales et soutenu par deux palmes d'or croisées en pointe en sautoir. Si la partie basse de l'écusson représente indiscutablement la maison royale de France, la plus libre interprétation peut être donnée à la partie supérieure. La plus vraisemblable des hypothèses paraît être le symbole de vigilance représenté par les deux coqs, vigilance avec laquelle. la municipalité et la garde civique devaient remplir leur double devoir envers le Roi et la Cité. 1944 précise seulement que le coq bicéphale issant symbolise les libertés naissantes

  • premier_discours.pdf Discours du premier Maire de la Ville en 1790, document scanné ( copyright © officiel source: Archives communales) 8 Mo

L'Hôtel de Ville ou l'Hôtel de CONTI

Passionnante épopée que celle de cet ancien hôtel particulier construit au XVIIe siècle et transformé à la Révolution en Hôtel de Ville " pour six mois ". Deux siècles plus tard et malgré bien des restructurations, il reste plus que jamais le symbole de la municipalité à Versailles, arborant fièrement les couleurs de la Ville à quelques pas du Château.
C'est en 1670, à l'initiative du maréchal de Bellefonds, gouverneur des chenils et de la louveterie du Roi, que s'élève au 4, avenue de Paris une très belle demeure dont les jardins s'étendent jusqu'au parc du Château. Face à lui, de l'autre côté de l'avenue, l'hôtel du Grand Veneur, aujourd'hui disparu, lui donne la réplique avec une égale magnificence. Mais les travaux de construction des Écuries Royales privant le maréchal de sa royale perspective, il vend son hôtel au chevalier de Lorraine.
Louis XIV l'acquiert en 1680 pour le duc de Vermandois, son fils légitimé, qui meurt prématurément trois ans plus tard. La propriété revient alors à sa sœur, la princesse de Conti, qui en fait un lieu de fêtes prisé de toute la cour. Vendu à un spéculateur qui disperse mobilier, œuvres d'art, lambris et ornements, l'hôtel est finalement racheté en 1723 par Louis XV pour y loger le duc de Bourbon, Grand Maître de sa Maison.
D'importants travaux de décoration, où peintres et sculpteurs rivalisent de créativité et de virtuosité, sont entrepris sous la direction de Robert de Cotte, premier architecte du Roi et disciple de Mansart. À l'instar de la princesse de Conti, le duc de Bourbon organise en son sein de fastueuses réceptions. Il ouvre même les jardins au public pour faciliter la communication entre les quartiers Saint Louis et Notre- Dame, en plein essor.
Inoccupé à la Révolution, l'hôtel accueille provisoirement en janvier 1790 la municipalité de Versailles, jusqu'alors hébergée dans un garde-meuble royal, rue des Réservoirs. À l'origine prévue " pour six mois ", l'installation est officialisée par un bail emphytéotique en 1821. De cette époque date d'ailleurs le prolongement de la rue Royale vers l'avenue de Paris. L'édifice, dont l'entrée s'effectue par l'avenue de Berry (actuelle avenue du Général de Gaulle), s'orne d'un clocheton surmonté d'une horloge. En 1859, la Ville en devient officiellement propriétaire. Mais Versailles est en pleine expansion et, malgré de multiples travaux d'aménagement, les locaux s'avèrent rapidement trop exigus.
L'hôtel est finalement démoli en 1899 sur ordre du maire de l'époque, Édouard Lefebvre. Reconstruit par le Versaillais Henri Le Grand, il est surmonté d'un campanile dominant la ville et s'ouvre désormais sur l'avenue de Paris autour d'une cour d'honneur entourée de grilles. Inauguré le 18 novembre 1900, le bâtiment perd son campanile, jugé trop haut, en 1945, tandis que les grilles de la cour d'honneur disparaissent.
D'importantes restructurations de surfaces ont été entreprises ces dernières années pour offrir une meilleure qualité de service à la population et améliorer les conditions de travail des agents municipaux : mise en place de guichets uniques pour les services de l'État Civil et des Affaires Générales, aménagement de salles de réunions autonomes dans les sous-sols...
Une modernisation qui a préservé les trois belles salles de prestige de l'Hôtel de Ville : la salle des mariages dont les boiseries remarquables, vestiges de l'ancien Hôtel de Conti, sont classées aux monuments historiques ; la salle des fêtes, qui accueille régulièrement des manifestations, et la salle du Conseil municipal où siègent les élus tous les mois.

Sources : " Versailles, le Château, la Ville, ses monuments " d'Odile Caffin -Carcy et Jacques Villard aux éditions Picard ; " Versailles aux 3 visages " d'Emile et Madeline Houth aux éditions Lefebvre ; Magazine d'informations municipales de Versailles ; Archives communales.

{$temp.oBarreOutils.print}