Ma ville

{$temp.oBarreOutils.print}

Les Grandes périodes

Versailles médiéval

Versailles apparaît pour la première fois dans une charte datée de l'an 1038. A la fin du XIe siècle le village s'enroule autour du château fort et de l'Eglise Saint-Julien (à  l'emplacement du Grand Commun). 

Son activité agricole et sa situation sur la route de Paris vers Dreux et la Normandie lui confèrent une certaine prospérité à  la fin du XIIIe siècle. Après les malheurs de la Guerre de Cent ans, la vie reprend son cours et Versailles compte alors une centaine d'habitants.

L'Ancien Régime

Le pavillon de chasse de Louis XIII

En 1561, Martial de Loménie, conseiller du Roi, devient seigneur de Versailles. Il obtient l'autorisation d'établir quatre foires annuelles et un marché tous les jeudis. Versailles compte alors environ cinq cents habitants. La seigneurie passe en 1575 dans la famille de Gondi, qui y reçoit la visite du futur Louis XIII lors de parties de chasse. Le Roi devient propriétaire d'une garenne en 1622, puis achète des terres pour s'y faire construire une "petite maison". Enfin, en 1632, il acquiert la seigneurie de Versailles. Le Roi fait agrandir le Château entre 1632 et 1634. Ce sont là  les seules transformations importantes que connaît le bourg qui, à  la mort de Louis XIII en 1643, compte un millier d'habitants. 

Louis XIV et les grands travaux

Ce n'est que vingt ans plus tard, à  partir de 1662, que Louis XIV s'intéresse à  Versailles : l'idée de quitter Paris où il a connu la Fronde ne l'a pas quitté. Les travaux du Château commencent. En 1671 et 1672, le Roi décide de céder les terrains à  bâtir à  des conditions exceptionnellement avantageuses pour inciter la noblesse et les commerçants à  s'installer. Rapidement la ville devient un vaste chantier. Aux deux routes en direction de l'Est, vers Paris et Saint-Cloud, s'ajoute une route en direction de Sceaux. Un trident est ainsi formé, donnant sa symétrie à  la place d'Armes. La construction de la Grande Ecurie et de la Petite Ecurie, entre 1679 et 1682, parachève l'ensemble. Des hôtels aristocratiques séparés par des jardins sont construits le long de ces voies.

Le vieux village, côté Sud est détruit pour laisser la place au Grand Commun qui abrite les services d'intendance du Château. C'est là  que sont également construits le nouveau Couvent des Récollets et des demeures nobles. Dans ce prolongement se constitue le quartier Saint-Louis. Côté Nord la ville neuve s'organise selon un plan en damier autour de l'église Notre-Dame construite pour remplacer l'église Saint-Julien.

Organisation citadine

Une réglementation très stricte impose que les bâtiments n'aient pas plus d'un étage, et des combles "à  la Mansart", que les façades soient de brique et de pierre et les toits couverts d'ardoise. Cela assure une grande harmonie de style et empêche que la perspective depuis le Château ne soit barrée par une construction. L'administration de la ville est confiée à l'Intendant, dont le plus connu, Alexandre Bontemps, valet de chambre du Roi, joue un grand rôle dans l'organisation de la ville nouvelle. La justice et la police sont assurées par le Bailli et le Grand Prévôt. Les habitants sont représentés par un syndic et des quarteniers responsables des quartiers. L'alimentation en eau potable est assurée par de nombreux puits et par des fontaines publiques alimentées par les sources des environs dont l'eau est recueillie dans un bassin du Pavillon des Sources, et ensuite redistribuée. Un réseau d'égouts souterrains est créé, les ordures ménagères sont enlevées par des tombereaux. Les rues sont pavées aux frais du Roi, mais leur éclairage et leur balayage sont à la charge des habitants.

Evolution

Bientôt, les règles d'urbanisme dictées sous Louis XIV ne sont plus respectées. On construit de plus en plus car la population augmente vite : de 24.000 en 1722, elle passe à 37.000 habitants en 1744. La spéculation immobilière est florissante et les terrains, cédés presque gratuitement par Louis XIV, atteignent des prix prohibitifs. La ville change considérablement d'aspect sous les règnes de Louis XV et de Louis XVI. C'est de cette époque que datent la plupart des bâtiments importants que nous connaissons encore : Hôtel des Menus Plaisirs, Hôtel de Madame de Pompadour, Couvent de la Reine, Cathédrale Saint-Louis etc. En 1777, est construit le théâtre qui est aujourd'hui le théâtre Montansier. Avec le départ du Roi pour Paris, le 6 octobre 1789, la première page de l'histoire de la ville royale se termine.

Versailles dans l'époque contemporaine

Malgré les efforts des élus versaillais de l'époque, la ville se dépeuple et passe de 50.000 habitants en 1790 à 28.000 habitants en 1824. Pendant tout le XIXe siècle, elle fait figure de Belle au Bois Dormant. C'est un lieu de pèlerinage sentimental et nostalgique. La guerre de 1870 et les événements de la Commune la remettent au premier plan de l'actualité. Après le départ des troupes allemandes, le gouvernement s'y installe et le Parlement siège au Château. Au début du siècle, Versailles a retrouvé son niveau de population de 1790, avec 54.982 habitants au recensement de 1901. Jusqu'en 1914 la vie s'écoule paisiblement, marquée par le passage de visiteurs illustres : têtes couronnées, écrivains et artistes.

En 1919 le Château et Trianon servent de cadre aux traités de paix qui mettent fin à la Grande Guerre avec le "Traité de Versailles" .C'est à partir de cette époque que Versailles connaît l'essor démographique et économique qui en fait une grande ville moderne. En effet, après 1919, avec la croissance continuelle de la banlieue de Paris, la ville s'est retrouvée englobée dans l'agglomération parisienne.

En 1932, eut lieu l'inauguration de la gare des Chantiers par Raoul Dautry.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Versailles est occupée par les troupes allemandes du 14 juin 1940 au 24 août 1944, date de l'entrée des premiers blindés de la 2e DB du général Leclerc. Elle a subi, notamment en février et juin 1944, d'importants bombardements visant la gare des Chantiers et le camp de Satory et qui firent plus de 300 victimes. Son rôle comme centre administratif et judiciaire s'est renforcé dans les années 1960 et 1970 et la ville est devenue le principal centre de la banlieue ouest de Paris. Le 25 février 1965, un décret fixa à Versailles le chef-lieu du nouveau département des Yvelines, créé officiellement le 1er janvier 1968 en application de la loi n° 64-707 du 10 juillet 1964 portant réorganisation de la région parisienne. Constitutionnellement, Versailles est le siège du Congres ou se réunissent les membres des 2 Chambres  du Parlement (Sénat et Assemblée nationale) lors d'une révision constitutionnelle ou à la demande du Président de la République. 

Versailles aujourd'hui

Ainsi, bien que délaissée par le gouvernement, Versailles a relevé avec succès le défi de la modernité : autour du château et du secteur sauvegardé, le plus vaste de France avec 246 hectares, de nouveaux quartiers se sont construits, jalonnés d'intéressants exemples d'architecture contemporaine. Plus de 4 millions de visiteurs fréquentent Versailles chaque année, profitant de la qualité de son accueil, de son parc hôtelier performant, de ses restaurants et commerces attractifs, et faisant de la ville et de son château l'un des quatre sites les plus visités en France. Dans la tradition des fêtes royales, la ville leur offre encore un riche programme de représentations théâtrales, concerts et autres festivités, tandis que l'Académie du spectacle équestre fait revivre la Grande Ecurie du roi, avec des créations alliant tradition et modernité. Fidèle au raffinement de la cour au XVIIIe siècle, l'Osmothèque, conservatoire international des parfums, invite les visiteurs à un parcours de découvertes olfactives passionnant. Et dans un monde préoccupé par les questions d'environnement, les espaces verts exceptionnels offrent un cadre de détente idéal et contribuent à la qualité de vie qui fait encore la réputation de Versailles. Désormais, parmi les 89.000 habitants, les 25-30 ans sont plus nombreux en proportion que dans la moyenne nationale. Au dernier recensement, 65 % d'entre eux s'y étaient installés récemment, ce qui est aussi le cas de 55 % des 30-39 ans.

{$temp.oBarreOutils.print}