Ma ville

{$temp.oBarreOutils.print}

Circulation en ville : comment mieux partager l’espace public et respecter les piétons?

Aujourd’hui, 85 % de la voirie versaillaise est aménagée pour favoriser la pratique du vélo. Mais depuis quelques temps, ces nouveaux aménagements voient arriver des « engins de déplacement personnel».

Alternatifs à la voiture pour les petits trajets, gyropodes, hoverboards, segway, skates ou trottinettes électriques permettent de se déplacer rapidement en ville mais posent des problèmes de sécurité.
Avec la multiplication de ces modes de transport, considérés réglementairement comme des piétons, faire cohabiter pacifiquement l’ensemble des usagers de la rue en faisant respecter le principe de prudence à l’égard des piétons, est plus que jamais une priorité pour la Ville.

La politique d’apaisement de la ville

La politique d’apaisement de la ville Versailles poursuit un double objectif : d’un côté faciliter les déplacements à pieds en ouvrant notamment des passages urbains entre les quartiers, en sécurisant les traversées de route, en limitant la vitesse dans les quartiers, et de l’autre, promouvoir l’usage des vélos.

85 % de notre voirie est dorénavant composée soit d’un aménagement cyclable sur les voies structurantes limitées à 50 km/h, soit de voies réglementées en zone 30, zone de rencontre ou aire piétonne.

Depuis quelques temps, ces nouveaux aménagements voient arriver des « engins de déplacement personnel», EDP.
Alternatifs à la voiture pour les petits trajets, gyropodes, hoverboards, segway, skates ou trottinettes électriques permettent de se déplacer rapidement en ville mais posent des problèmes de sécurité. Avec la multiplication de ces modes de transport, considérés réglementairement comme des piétons, faire cohabiter pacifiquement l’ensemble des usagers de la rue en faisant respecter le principe de prudence à l’égard des piétons, est plus que jamais une priorité pour la Ville.

Nouveau Code de la rue.
Une nouvelle version de la brochure de la Ville intitulée Code de la rue est dorénavant disponible à l’hôtel de ville.
Elle est destinée aux piétons, cyclistes, usagers de deux roues motorisés, personnes handicapées et automobilistes et rappelle les règles imposées par la loi, et celles de savoir-vivre et de civisme, permettant un partage plus équitable et harmonieux de l’espace public. Les villes doivent s’adapter à ces modes de déplacements afin d’encadrer les pratiques anarchiques qui génèrent une crispation croissante des piétons. suit le maillage de son réseau avec, pour cette année, plus d’un kilomètre d’aménagements cyclables supplémentaires, trois quartiers mis en zone 30 (Chantiers, Porchefontaine et Glatigny) et deux zones de rencontre mises en place autour de la rue du Vieux Versailles et en 2018 pour les rue de Metz, de Nancy et de Verdun. Au-delà de la problématique de développement durable, cette évolution est à la mesure de son enjeu notamment pour la fluidité des circulations en ville, l’agrément des Versaillais et l’attractivité de la Ville.

Redonner de la place à tous les usagers.
Depuis 2014, 14 km de voies ont été mises en zones 30. Elles deviennent la règle dans les quartiers. Ceci pour des raisons de sécurité : lors d’un choc à 30 km/h, le piéton a 95 % de chance de survivre contre 53 % à 50 km/h.
Cette mesure aide au développement de la marche en facilitant les traversées piétonnes, en apaisant l’ambiance entre les différents usagers, et promeut l’usage du vélo en favorisant la cohabitation des cyclistes sur la chaussée avec les véhicules motorisés.

Les dossiers

DOSSIER CIRCULATION NOVEMBRE 2017

Le nouveau "code de la rue"

Piétons, cyclistes, usagers de deux roues motorisés, personnes handicapées, automobilistes : tous ont une place sur la chaussée ou la voirie mais tous ne sont pas toujours informés de leurs droits et leurs devoirs les uns vis à  vis des autres. Le Code de la Rue prévoit ainsi un ensemble de dispositions permettant un partage plus équitable de l'espace public. Chaque catégorie d'utilisateur a ses règles propres afin de valoriser concrètement le partage de la rue. En voici quelques rappels essentiels. Des règles imposées par la loi, mais aussi de savoir-vivre et de civisme.

Code de la rue

Décryptage de ces nouvelles mobilités

Les Engins de déplacement personnel (EDP) ou les Nouveaux véhicules à assistance électrique (NVAE) se développent à Versailles et se retrouvent sur les trottoirs ou encore sur la chaussée.

Quelle est la réglementation en vigueur ?

À l’heure actuelle, aucune réglementation ne traite des EDP en tant que tel. Au volant d’un gyropode, élancé sur sa trottinette ou son skate, l’utilisateur est identifié comme un piéton et est donc soumis au code de la route régissant les droits et devoirs de ces usagers. François de Mazières en tant que député avait soulevé le flou juridique encadrant ces nouveaux modes de transport, par une question écrite au gouvernement. Celle-ci est restée sans réponse.

Qu’est-ce qu’un piéton amplifié ?
C’est une personne se déplaçant soit :

  • en trottinette électrique ;
  • en gyropode (constitué de deux roues indépendantes l’une de l’autre, d’une plateforme sur laquelle se tient debout l’utilisateur, ainsi que d’un manche de direction du style Segway) ;
  • en hoverboard (un gyropode sans guidon qu’on conduit en se penchant) ;
  • en monoroue (une seule roue qu’on coince entre ses pieds).
{$temp.oBarreOutils.print}