Mairie

{$temp.oBarreOutils.print}

L'édito du mois

Versailles, ville verte.

Plus qu’un slogan, il s’agit d’une ambition de politique municipale. En ce début du XXIe siècle, la préoccupation environnementale a pris une place de premier plan dans nos villes. Tous les voyants sont en effet au rouge : la multiplication des pics de pollution et ses conséquences sur la santé publique, les tensions sociales générées par des quartiers mal et trop vite construits, le massacre de nos campagnes et de nos entrées de villes par un urbanisme de grandes surfaces destructeur de nos commerces de centre-ville… La liste est longue et les alertes médiatiques sur les dérives des villes devenues inhumaines se multiplient. Dans ce contexte inquiétant, Versailles a tout pour devenir un démonstrateur européen de la ville verte, et bâtir une nouvelle modernité et réputation par son exemplarité en ce domaine. Il est vrai que notre histoire nous aide : le plan initial de Versailles, construit autour de nos trois très grandes avenues centrales, a été imaginé par André Le Nôtre, le plus célèbre des jardiniers paysagistes du monde. Les sublimes jardins du château, le Potager du Roi, nos magnifiques avenues sont des trésors sans pareils. L’École nationale du paysage est une référence internationale. Aujourd’hui encore, avec 50 % d’espaces verts sur son territoire, 4 500 hectares de forêts domaniales en périphérie, 167 m2 d’espaces verts ou naturels par habitant, Versailles est une exception en région parisienne. Ce legs de l’histoire, nous voulons en faire non seulement un agrément de vie au quotidien, mais également un atout de développement économique et touristique. Aujourd’hui, Versailles attire les jeunes entreprises, les activités à haute valeur ajoutée en raison de son environnement favorable. Ce mouvement devrait encore s’accélérer avec la participation de notre ville au grand projet Paris-Saclay-Versailles. Alors que la promotion immobilière a pu montrer des signes de faiblesse dans nombre de villes d’Île-de-France, celle-ci connaît un nouveau dynamisme à Versailles.

Avec 50 % d’espaces verts sur son territoire, 4 500 hectares de forêts domaniales en périphérie, 167 m2 d’espaces verts ou naturels par habitant, Versailles est une exception en région parisienne

Tous nos projets urbains ont ainsi été conçus avec le constant souci de préserver un juste équilibre entre le construit et les espaces où la nature garde ses droits : que ce soit à Richaud avec ses trois jardins publics, dans les quartiers Moser et Bernard-de-Jussieu avec la réalisation de nouveaux jardins familiaux, aux Chantiers où l’opération de requalification du quartier a commencé par la création du jardin des Étangs Gobert, la création de passages urbains végétalisés entre les quartiers… Parce que nous nous voulons exemplaires, nous avons intégré dans notre Plan local d’urbanisme une règle instituant l’obligation de conserver au moins 20 % de pleine terre sur toute parcelle faisant l’objet d’une construction nouvelle. Les logements n’en prendront que plus de valeur dans les années à venir. Plus de la moitié de nos écoles primaires sont dotées d’un jardin potager afin de pouvoir sensibiliser les enfants, dès le plus jeune âge, au respect de la nature. Un éditorial ne permet qu’effleurer un sujet aussi vaste. Le dossier de ce numéro vous donnera plus d’informations, notamment sur les nombreuses promenades qui vous sont désormais accessibles à partir de Versailles. Un effort particulier a notamment été fait sur les itinéraires à vélo que le retour du beau temps vous fera d’autant plus apprécier. Et parce que Versailles, ville verte, se devait de célébrer le printemps, je vous donne rendez-vous, comme chaque année, à la belle manifestation « Esprit Jardin », devant la cathédrale et au Potager du Roi, les 1 et 2 avril prochains

François de Mazières
Député-maire de Versailles

{$temp.oBarreOutils.print}