Mairie

{$temp.oBarreOutils.print}

Tribunes libres

Le Conseil municipal de Versailles est composé de 5 groupes qui disposent chacun de leur propre espace d'expression dans cette rubrique.
Les cinq groupes sont :

  • Union pour Versailles
  • Le progrès pour Versailles
  • Versailles bleu marine
  • Versailles 90000 voisins
  • Versailles Familles Avenir

Les textes de cette page reproduisent intégralement les "tribunes libres" du magazine de la Ville ouverte aux groupes formés au sein du Conseil municipal.
Ils n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Avril 2017

UNION POUR VERSAILLES

Satory-Ouest, vitrine de la ville du futur, durable et intelligente

À proximité immédiate du château et du coeur historique de la ville, le plateau de Satory présente un grand potentiel de développement et de mise en valeur à l’échelle du Grand Paris. Son vaste projet d’aménagement entre aujourd’hui dans sa phase de concertation publique. Une exposition, qui a lieu jusqu’au 5 mai à l’hôtel de ville et sur versailles.fr, a pour objectif de présenter ce projet d’aménagement. Elle s’inscrit dans le cadre de la concertation préalable réalisée par l’Établissement public d’aménagement Paris- Saclay (Épaps) qui met en oeuvre ce projet. D’ici l’automne 2017, l’Épaps soumettra aux collectivités puis à l’État le dossier de création de cette zone d’aménagement concerté. Il ambitionne de transformer ce quartier en vitrine de la ville du futur, durable et intelligente. Son développement est rendu possible par la libération des terrains militaires à l’Ouest et par l’implantation d’une gare de la ligne 18 du métro du Grand Paris Express qui améliorera considérablement sa desserte, plaçant Satory à 28 minutes d’Orly et à 3 minutes de Versailles-Chantiers. Il accueillera un pôle d’innovation (centres de recherche et développement, PME, start-up) sur les mobilités du futur autour de l’Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux (Ifsttar) et de l’Institut de transition énergétique du véhicule décarboné et communicant (Vedecom). S’appuyant sur ces instituts et sur la présence d’infrastructures d’essais, le projet permettra l’expérimentation des nouvelles technologies de la mobilité (recharges automatiques, route intelligente, voitures sans conducteur, parking de nouvelle génération). Le futur quartier économique et résidentiel se fera en deux temps. Avant l’arrivée de la gare, une première tranche proposera déjà, en complément des activités économiques de l’allée des Maronniers, une offre diversifiée d’habitat pour les salariés actuels et futurs. Dès cette première phase, un espace de loisirs autour d’un plan d’eau sera aménagé. Partie prenante du projet, notre équipe veille en effet à ce qu’il bénéficie d’un développement progressif et harmonieux. Il favorisera notamment la présence de la nature (arbres, parcs, pièces d’eau, toitures végétalisées) complétée par une architecture contemporaine et équilibrée. Selon les prévisions, cette première phase permettra de combiner à la fois une offre de logements diversifiée et de qualité, associée à des commerces et services et des surfaces dédiées à l’activité économique (bureaux, laboratoires…). Avec l’arrivée de la gare, la réalisation du quartier montera progressivement en puissance jusqu’à comporter, en 2035, 4 800 nouveaux emplois et 10 000 nouveaux habitants ce qui permettra alors à notre ville de passer le seuil symbolique de 100 000 Versaillais.

La Majorité municipale

 

 

LE PROGRÈS POUR VERSAILLES

 

Le 23 avril 2017, nous désignerons les deux candidats pour le deuxième tour de l’élection présidentielle. Ces dernières semaines nous ont donné un triste spectacle. Un concours de révélations pour l’extrême droite et la droite conservatrice qui usent et abusent des assistants parlementaires. Chacun jugera de ce qu’il est opportun de payer avec ses impôts. Aujourd’hui 30 % de la population interrogée déclare ne pas s’intéresser à cette élection. Même si beaucoup feindront de ne pas l’avoir vu ou entendu, nous pensons que la vie politique doit vivre un profond renouvellement de représentation pour revenir au service des citoyens. Ce n’est pas uniquement un sujet de génération ou de jeunesse. La politique est devenue un métier, ce qui nous conduit dans l’impasse actuelle. À l’extérieur des partis politiques, il y a des femmes et des hommes qui ont accumulé des expériences formidables dont il faut s’inspirer pour diriger notre pays, nos régions et nos villes. Les droites conservatrices proposent de purger le pays contre lui-même et cherchent à opposer les français les uns contre les autres. Ce n’est pas une solution acceptable, nous proposons de nous tourner vers l’avenir et de nous rassembler dès le premier tour des élections pour faire barrage au Front National. L’éducation, le travail, la sécurité nationale et la transition énergétique sont au coeur de nos vies et de la campagne pour les Présidentielles alors le 23 avril, ne restez pas chez vous, votez pour faire vivre la démocratie.

 

 

Isabelle This Saint Jean – Didier Baichère – Carmise Zenon– Serge Defrance
Parti Socialiste & DVG
Twitter : @progvers2014
Contact : progrespourversailles@remove-this.gmail.com

http://leprogrespourversailles.blogspot.frhttps://www.facebook.com/www.leprogrespourversailles.fr

VERSAILLES BLEU MARINE

Et le peuple ?

Chères Versaillaises, chers Versaillais, Comment ne pas évoquer la campagne présidentielle ? Cette élection, pourtant majeure et déterminante, est caractérisée par une cacophonie occultant les sujets de fond, ceux qui intéressent nos compatriotes. Le principe des primaires a fortement contribué à cette situation en occupant l’espace par des conflits d’égos au détriment de la mise en avant de leaders naturels concentrés sur l’intérêt des Français. Les Français ont de quoi y perdre leur latin, mais pas seulement : ils ont à y perdre leur grandeur, leur culture, leur histoire, leur avenir ! L’emballement de la machine médiatique, devenue militante du prêt à penser, et des « affaires » montées en mayonnaises indigestes ne fait honneur ni à notre pays, ni à nos institutions. Les Français ne doivent pas se voir confisquer l’un de leur plus précieux bien : la démocratie. Car en masquant les vrais sujets, les vrais débats de fond et en imposant « le candidat qu’il faut élire et celui ou celle qu’il ne faut surtout pas élire », c’est bien ce qu’il est en train de se dérouler devant nos yeux. Le système aurait-il peur de perdre ses prérogatives et sa domination ? La France a besoin de hauteur, de liberté, d’ancrage, d’ambition, de vision… et pas d’un statut de nation soumise à des intérêts étrangers ou financiers ou encore aux intérêts personnels d’une élite autoproclamée qui rêve de tout s’accaparer au détriment du peuple. Mais, revenons au plan local. Nous avions largement fait part, lors du vote en conseil municipal en juin 2015, de notre réticence à l’égard de l’implantation d’Auto’lib dans notre ville. Nous avions d’ailleurs voté contre cette délibération. D’une part car nous trouvions le projet très onéreux pour la commune, avec un retour sur investissement à échéance de 15 années, au mieux, et d’autre part car les véhicules électriques sont bien moins écologiques que l’on essaye de nous en convaincre : la fabrication des batteries et leur futur recyclage sont totalement néfastes pour la planète et ses ressources naturelles. Or, lors du dernier conseil municipal, nous avons découvert que la Ville avait pris la décision de stopper l’aménagement des stations aux 5 actuellement installées, au lieu des 9 prévues. Le Groupe Bolloré a en effet prévu, dans ses contrats avec les collectivités, qu’en cas de déficit financier, il en ferait supporter la majeure partie aux villes, donc aux contribuables. Problème : le déficit est bien là et il est de 180 millions d’Euros. Le Groupe Bolloré n’en assumerait que le tiers. Il est évidemment inadmissible qu’un groupe privé, fasse peser sur tous les Versaillais ses pertes financières (dont nous ne savons pas très bien de quelle manière elles sont calculées). Il aurait été, de notre point de vue, bien plus sage de ne pas signer un contrat contenant une telle clause car les Versaillais ont désormais au dessus de leur tête une épée de Damoclès : renflouer le Groupe Bolloré avec leurs propres deniers.

 

Thierry Perez
pour Versailles Bleu Marine
06 26 82 06 45
fn78@remove-this.frontnational.com BP 242 78002 Versailles cedex

VERSAILLES 90 000 VOISINS

Le joueur de flûte de Hammelin et la taxe d’habitation

À quelques jours de l’élection présidentielle, et avant de voter, il est intéressant de réfléchir à ce que serait l’action municipale si la mesure phare d’Emmanuel Macron, l’exonération de la taxe d’habitation pour 80 % des ménages, intervenait. Le budget municipal qui vient d’être voté, prévoit le financement des services qui nous tiennent à coeur : sécurité, aide à la personne, aux familles, crèches, équipements sportifs… Êtes-vous prêts à voir leur prix augmenter ou à les voir se réduire de 20 millions d’€ ? Car c’est le montant de la baisse de recettes qui résulterait, pour Versailles, de ce joli coup médiatique, très populiste, presque aussi décoiffant que le revenu universel de Benoit Hamon. Bien sûr, on nous annonce que la baisse sera intégralement compensée par l’État. Mais voilà longtemps qu’élus et citoyens ne croient plus à ces promesses jamais tenues. Les dotations sont fragiles et volatiles, assujetties à des décisions politiques. C’est donc une atteinte à l’autonomie financière des collectivités pourtant garantie par la Constitution et un retour à une centralisation et une uniformisation des politiques de proximité que cette proposition cache. La déclaration des droits de l’homme et du citoyen dans son article 13 prescrit que « la contribution commune (...) doit être également répartie entre tous les citoyens en fonction de leurs capacités contributives ». Les foyers les plus modestes bénéficient déjà d’aménagements qui plafonnent leur taxe d’habitation en fonction de leurs revenus et de leur situation familiale. Alors qu’aujourd’hui moins d’un français sur deux paye l’impôt sur le revenu, l’exonération complète de la taxe d’habitation pour 80 % des contribuables locaux va accroire ce phénomène de déresponsabilisation. Quelle majorité parlementaire voterait cette mesure ? Nous ne connaissons pas encore la composition de la future Assemblée nationale, mais nous savons déjà qu’ « En marche » aura un nombre insuffisant de députés pour constituer une majorité. Sans doute la gauche lui apportera-t-elle ses voix pour cette mesure qui s’inscrit dans la continuité de la politique du quinquennat Hollande pendant lequel la proportion de ménages payant l’impôt sur le revenu a fortement diminué, passant de 52,3 % (en 2013) à 45,6 % (en 2015). Cette même majorité sera aussi à ses côtés pour l’augmentation du pouvoir d’achat, l’ouverture des droits à l’assurance chômage ou le maintien au départ à la retraite à 62 ans. Mais en ce qui concerne les mesures de libéralisation du travail, de redéfinition du dialogue social et de soutien à l’esprit d’entreprise que nous pourrions espérer, il y a fort à parier, par contre, qu’elles peineront à être votées et qu’elles n’auront pas l’adhésion nécessaire pour surmonter les résistances que la rue lui opposera. Emmanuel Macron ressemble au joueur de flûte de Hammelin : il charme en jouant une petite musique agréable à entendre, mais vers quelle noyade nous entraine-t-il ?

Versailles, 90 000 voisins
Benoit.desaintsernin@remove-this.versailles.fr Marie.seners@remove-this.versailles.fr www.90000voisins.fr

VERSAILLES FAMILLES AVENIR

Quartier Pion : le bétonnage du parc historique du Château n’est pas une fatalité !

Nous avons déjà, dans ces colonnes, attiré votre attention sur le désastreux projet Pion : créer un nouveau quartier dans l’enceinte du Parc historique du château, limitrophe de Saint-Cyr-l’École. Avec tous les vrais amoureux du patrimoine, VFA le juge désastreux. Pourquoi ? Ayant déjà investi une petite vingtaine de millions sur ce dossier, la ville de Versailles nous embarque dans un nouveau projet immobilier, conseillée par les chers Michel Desvignes et Inessa Hanch. Certes labellisé écolo, il n’en comporte pas moins de 600 logements neufs, dont 25 % de logements sociaux, une école etc. Bref, on bétonne écolo mais on bétonne néanmoins en profondeur une zone historique et naturelle. Incohérence coupable de ceux qui ne sont que dépositaires du patrimoine et garants de son intégrité ! Quel que soit votre quartier, ouvrez les yeux autour de vous et constatez par vousmême combien de jardins, cours, zones naguère vertes et libres, sont aujourd’hui la proie de promoteurs immobiliers. Nous jugeons excessive la densification en population de notre ville. Cette concentration démographique en Île-de-France est une folie au regard des équilibres sur tout le territoire national. Savez-vous qu’actuellement, à chaque heure, 15 hectares de terres agricoles sont sacrifiées en France ? La Ville de Versailles devrait être la première à résister à ce gâchis lourd de conséquences contre la transmission aux générations futures. C’est ce qu’on attend de François de Mazières et de ses adjoints, bavards sur l’expression théorique de ces thèmes : gâchis patrimonial et transmission. Conscients néanmoins des enjeux financiers et de la nécessité de préserver ces zones par des choix responsables et utiles, les élus Versailles Familles Avenir s’opposent au bétonnage irréversible du Parc de Louis XIV. Il est capital de poursuivre la réflexion vers une utilisation naturelle de ce lieu, en envisageant la mise en place d’un projet écologique qui permettrait de combiner développement durable, agriculture biologique et Histoire, tout en maintenant un principe de 0 béton. Réfléchissons à moyen et long terme. Seul le caractère réversible de l’utilisation de la zone Pion permettrait une réappropriation ultérieure par l’État du parc historique. L’enquête publique n’a pas eu la résonnance attendue. Vous êtes encore nombreux à tout ignorer de cette ambition incohérente de la part de la majorité actuelle. Comment imaginer qu’un ilot immobilier si loin du coeur commercial de Versailles deviendra un jour un quartier à part entière ? Alors que des centres de villes moyennes françaises se désertifient, on aura sacrifié ici 20 ha de terrains hérités de nos ancêtres pour rien. En tant qu’élus nous avons le devoir de soutenir la protection de notre patrimoine commun et admiré par le monde entier. Mobilisons-nous !


Fabien Bouglé-Valérie d’Aubigny
Groupe Versailles Familles Avenir,
07 82 23 82 32,
versaillesfamillesavenir@remove-this.gmail.com www.versaillesfamillesavenir.fr

 

 

{$temp.oBarreOutils.print}