Recherche parmis les actualités

Hommage à Jean-Marc Fresnel, adjoint en charge des sports et du personnel de la Ville de Versailles

À la Une

Ce matin, 10 mai 2020, François de Mazières a rendu hommage à Jean-Marc Fresnel, adjoint aux Sports et aux Ressources humaines de la Ville de Versailles, conseiller communautaire de Versailles Grand Parc et président du Paris-Versailles, décédé du Covid-19.

Jean-Marc Fresnel nous a quittés. Nous sommes tous, ses nombreux amis, ses collègues du conseil municipal de Versailles, l’équipe des sports et tout le personnel de la ville, les responsables d’associations, les équipes du Paris-Versailles, les bénévoles du Mois Molière, profondément émus par sa disparition. Avec Martine, son épouse, nous avons vécu son combat contre le coronavirus avec l’espoir de sa guérison. Jean-Marc était un combattant des bonnes causes, qui trouvait toujours les solutions. Il était profondément généreux, bienveillant et dévoué.

J’ai conscience, pour avoir eu la chance de travailler avec lui, d’abord pour le Mois Molière dès 2000, puis, pendant douze ans, au sein de notre équipe municipale, dont il était l’adjoint aux sports et au personnel, d’avoir connu une très belle personne. Sa rectitude, son souci des autres m’inspiraient une totale confiance. Il avait une curiosité étonnante, s’intéressant aussi bien aux sports qu’à la culture, adorant découvrir le monde lors de grands voyages avec Martine, sa tendre et très chère épouse. La politique locale, il l’a pratiquée, non pas pour opposer, mais avec le souci de comprendre, même s’il ne transigeait pas sur ses convictions profondes d’homme de paix.

Jean-Marc était attaché à Versailles et tout particulièrement au quartier de Montreuil, dont il a été un membre actif du conseil de quartier dès 1983. Il tirait son efficacité de sa joie d’agir. Il aimait son travail d’adjoint aux sports et en charge du personnel : il était juste, attentif, humain, tout en ne versant jamais dans la complaisance. Il se consacrait pleinement aux missions qui lui incombaient, à la fois homme de dossiers rigoureux et précis, et ami des stades et des pistes d’entrainement. Depuis 2008, il aura mené à bien de nombreux projets importants pour développer la pratique sportive, qui compte aujourd’hui 20 000 licenciés et 80 clubs à Versailles. Avec constance et ténacité, il s'est employé à la rénovation de très nombreux équipements sportifs de la ville. Ayant pratiqué à bon niveau l’athlétisme, depuis 1989 président de l’association du mythique Paris-Versailles, il gérait avec efficacité l’une des dernières grandes courses pédestres animée par des bénévoles.

Sa grande expérience, il l’avait acquise tout au long de sa carrière professionnelle, commencée en 1968 à l’Aérospatiale comme informaticien, avant de rejoindre le groupe BNP-Paribas, puis les Aéroports de Paris, où il fit l’essentiel de sa carrière, l’achevant à l’aéroport d’Orly, où il fut particulièrement marqué par l’organisation de l’accueil de Jean-Paul II. Modeste, Jean-Marc ne se mettait jamais en avant, mais quand il prenait la parole, celle-ci était claire et mobilisatrice. Jean-Marc m’avait demandé, il y a deux ans, d’être son parrain pour lui remettre les insignes de l’ordre national du Mérite. Son mérite était grand, incontesté, mais il avait voulu, à son exemple, une cérémonie discrète, amicale, familiale. Sportif accompli, Jean-Marc avait l’esprit d’équipe chevillé au corps. Alors qu’il savait que je lui accordais une totale confiance, il tenait toujours à me faire valider préalablement ses grandes décisions.

Aussi à l’aise pour accueillir les spectateurs de notre festival aux grilles de la Grande écurie, que pour diriger l’imposante organisation du Paris-Versailles, Jean-Marc était un pilier de notre équipe, capable d’assister et d’aider ses collègues en toute occasion.

Parler de Jean-Marc, c’est aussi évoquer le merveilleux couple formé avec Martine. Époux vigilant, père attentif de Laurent et Sylvain, grand-père aimant de Sacha et Max, combien de fois m’a-t-il, au détour d’une conversation, parlé des siens.

Jean-Marc aurait dû, en tant que doyen de notre équipe, présider notre première réunion du nouveau Conseil municipal. A soixante et onze ans, il était aux yeux de tous un modèle de bonne santé et de forme. Il se réjouissait à l’idée de pouvoir continuer à travailler sur le grand projet des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024. Le covid-19 l’en privera et ce départ trop rapide nous fait ressentir une immense tristesse.

À Martine et à toute sa famille, j’adresse, au nom de tous les Versaillais, nos plus profondes condoléances. Je proposerai à notre Conseil municipal de donner son nom à notre centre sportif, qui abrite, à Porchefontaine, l’équipe des sports de notre ville et où se pratique entre autres l’athlétisme, son sport de prédilection. Ainsi, quand les Versaillais iront au centre sportif Jean-Marc Fresnel, nous penserons toujours à notre ami, un exemple pour nous tous.

François de Mazières
Maire de Versailles

 

Laissez un mot, un souvenir, une photo, un moment partagé avec Jean-Marc Fresnel.

Une page rassemble des témoignages et souvenirs en hommage à Jean-Marc Fresnel. Les photos sont également les bienvenues, notamment pour se remémorer tous les beaux événements que chacun a pu vivre en sa compagnie. En déposant un message sur la page dédiée, vous participez à la réalisation d'un livre lui rendant hommage. Ce livre pourra être édité et partagé avec ceux qui le souhaitent.