Recherche parmis les actualités

LES FEMMES ET LA PHOTOGRAPHIE NARRATIVE DANS L’ÉDITION JEUNESSE

Culture

Exposition de documents patrimoniaux - Du 2 au 30 avril 2019

LES FEMMES ET LA PHOTOGRAPHIE NARRATIVE DANS L’ÉDITION JEUNESSE
Du 2 au 30 avril 2019

Bibliothèque de l’Heure Joyeuse (3 allée Pierre de Coubertin, 78000 Versailles)

Exposition de photographies issues des collections imprimées de la bibliothèque.

Entrée libre – mardi, jeudi, vendredi : 15h-18h30 ; mercredi : 10h-18h30 ; samedi : 10h-18h

 

La photographie narrative raconte et informe dans une visée documentaire : découvrons-la, dans les ouvrages pour la jeunesse de Dominique Darbois, Suzi Pilet, Ylla & Thérèse Le Prat. Les principales collections montrées sont issues du travail de Dominique Darbois. Née en 1925, grande photographe de la moitié de XXè siècle, elle retient notre attention par la qualité et l'authenticité de son regard photographique ; par son parti pris à hauteur de l’humain, elle fait partie de ces photographes que l’on a pu qualifier d’humanistes - la photographie humaniste- Robert  Doisneau, Cartier-Bresson et Willy Ronis en furent des acteurs remarquables.

Utilisant de préférence un Rolleiflex qui grâce à son viseur vertical permet de garder un contact visuel avec ceux qu'on photographie sans le viser, elle établit un rapport de confiance avec les enfants rencontrés. C’est alors que Dominique Darbois commence un travail sur l’enfance du monde et une collaboration, (1952-1978), avec les éditions Fernand Nathan. La collection « Enfants du monde », images et textes de Dominique Darbois, initiée par Claude Nathan, propose en 20 publications, un tour de la planète non pas comme une ethnologue, mais comme une photographe allant à la rencontre d’un regard, d’un monde où les enfants ne sont pas tous égaux.

 

Un univers assez loin d’une vision flatteuse de la condition humaine. De la prise de vue au tirage, elle travaille sans relâche, arpente plus de cinquante pays. Grande résistante, son engagement fut pluriel, auprès des enfants et des femmes. Elle fut internée 2 ans à Drancy parce qu’elle portait l’étoile jaune. Disparue en 2014, cette femme discrète marqua les esprits de l’époque. Le fonds patrimonial de l’Heure Joyeuse conserve les premiers tirages de la collection « Enfants du monde ».

Pour mieux connaître la photographie féminine, des artistes de l’association « Versailles Images » nous prêteront quelques- uns de leurs travaux, montrant la continuité dans cet art majeur qu’est la photographie.

 

Une exposition à hauteur d’enfants et des ateliers, constitueront le parcours proposé à tous les publics.