Culture

Document du mois - Juin 2020

Anciens pavillons de l'octroi, avenue de Paris. Cliché Studio Marchal-Dayot, 1959 (Coll. ACV, 5 Fi 300/2)

Aux grilles de l'octroi... les barrières de la ville

Taxes locales perçues par l'administration municipale, les octrois frappaient les marchandises à l'entrée des ville et constituaient souvent la principale source des communes

Très impopulaires, ils sont abolis par la Constituante puis rétablis progressivement, sous le nom d'"octrois municipaux ou de bienfaisance", pour permettre aux communes d'entretenir les établissements hospitaliers à leur charge depuis la loi de 1790. 

La loi consulaire du 3 ventôse an VIII (22 février 1800) demande aux municipalités qui ne l'ont pas encore fait d'établir un projet de tarif et de règlement d'octroi.

A l'origine perçue par le roi depuis 1745, l'octroi de la municipalité de Versailles est institué par décret de 1790, supprimé en 1791, puis rétabli le 14 messidor an VII (3 juillet 1799) avec fixation des tarifs des droit à percevoir.

Au milieu du XIXe siècle, dix-neuf grilles, des pavillons et une douzaine de bureaux de l'octroi (dont trois dans les gares Rive Gauche, Rive Droite et des Chantiers) constituent un maillage du territoire aux portes de la ville. Chaque jour, les préposés de l'octroi, employés municipaux, ouvrent et referment les accès, contrôlent les marchandises, afin que les receveurs établissent déclarations et recettes pour la commune. 

L'octroi de Versailles, géré en régie directe depuis 1815, sera supprimé par arrêté municipal le 8 février 1943, cinq ans avant les derniers octrois de France.

sources :

  • Les Mille-feuilles de la mémoire, Archives communales de Versailles, 2005.

en commande ici

Coordonnées

Archives communales de Versailles
Grande Ecurie du Roi
1 avenue de Paris
78000 Versailles

Téléphone : 01.30.97.28.80
Fax : 01.30.97.28.79
Courriel : archives.communales@versailles.fr