Culture

Document du mois - Mars 2021

Versailles - Rue Albert Joly.
Carte postale, début XXe siècle.
Coll. ACV, 4 Fi 1709

Rue Albert-Joly : historique

Le tracé de cette voie, parallèle à la ligne du chemin de fer Rive droite, se situe dans l’axe de la rue Berthier et doit assurer la liaison transversale entre la rue Duplessis (avenue du Maréchal-Foch), la rue du Parc-de-Clagny et, en rejoignant la rue Solférino (Victor-Bart), l’avenue de Picardie (Etats-Unis). 

Acquise en 1853 auprès de la Compagnie du chemin de fer Paris-Versailles, la propriété du pépiniériste Charles Pesty-Rémont située à proximité de la voie ferrée est morcelée à partir de 1857. Quatre rues privées sont ouvertes : les rues de l’Usine et Solférino, l’amorce de la rue de l’Ecole et la rue Rémont, construite en 1862. Lors de la succession Pesty-Rémont, par jugement du Tribunal civil du 31 mai 1877, la Ville devient adjudicataire du sol de ces rues, intégrées à la voirie publique et comprises au plan d’alignement.

Déclaré d’utilité publique dès 1877, le prolongement de la rue Berthier-Rémont à l’ouest, jusqu’à la rue Duplessis, nécessite expropriations, achats à l’amiable et reventes de terrains par la Ville entre 1878 et 1883. Le dernier tronçon de la rue d’abord appelée Berthier Prolongée, est parallèle à l’ancienne impasse des Jardins, supprimée de la voirie en 1883. Une partie du sol de cette impasse est cédé gratuitement par la Ville à la communauté israélite pour compléter le terrain acquis par le Consistoire de Paris, nécessaire à la construction d’une synagogue, ouverte au culte le 1er janvier 1886.

Sur la totalité de son tracé, la rue est dénommée Albert-Joly en 1882, mise à l’alignement en 1884 puis élargie en 1887, après l’expropriation d’une partie de l’immeuble situé à l’angle de la rue Duplessis.

Choix du nom

Peu après la mort d’Albert Joly, en février 1881, plusieurs membres du conseil municipal avaient émis le voeu de donner son nom au boulevard de Montreuil (ou Saint-Symphorien) alors en cours d’ouverture. Lors de la séance du 27 novembre 1882, le boulevard est finalement dénommé de Lesseps et le nom d’Albert Joly est donné à la rue Berthier-Rémont qui associait jusque-là « les noms de deux individualités sans rapport entre elles ». Le conseil rend hommage à l’action de l’avocat versaillais au service de la Ville ainsi qu’à son combat républicain.

Albert, Henri Joly

(11 novembre 1844, Versailles-5 décembre 1880, Versailles)
Avocat, député de Seine-et-Oise de 1876 à 1880

Après des études de droit, il s’inscrit au barreau de Versailles et s’illustre par de nombreuses affaires plaidées devant les conseils de guerre de Versailles pour des prévenus impliqués dans l’insurrection communaliste de 1871.

Conseiller municipal à partir d’août 1870, il est élu aux élections législatives de 1876 député de la 1ère circonscription de Versailles sur la liste de l’Union républicaine et le restera jusqu’à son décès, survenu à son domicile versaillais 8 rue Montbauron, le 5 décembre 1880. Une plaque commémorative a été apposée sur la façade de l’immeuble à l’occasion du centenaire de sa disparition.

Il est inhumé au cimetière Notre-Dame. Sur sa tombe monumentale, élevée aux frais de la municipalité en 1881 et surmontée d’un buste réalisé par le sculpteur Tony Noel, figure l’éloge funèbre que fit Léon Gambetta de l’avocat républicain : « Il avait pour devise : Tout par le travail. Tout par la justice. Tout pour la patrie. Tout pour la République

Sources

  • Clagny-Glatigny au coin de la rue, Archives communales de Versailles, 2012.

en commande ici

Coordonnées

Archives communales de Versailles
Grande Ecurie du Roi
1 avenue de Paris
78000 Versailles

Téléphone : 01.30.97.28.80
Fax : 01.30.97.28.79
Courriel : archives.communales@versailles.fr