Mairie

{$temp.oBarreOutils.print}

L'édito du mois

Février-Mars 2018

S’il y a un sujet sur lequel les Versaillais peuvent légitimement se plaindre, c’est bien la régularité de nos trains. Pendant des années, l’État et la SNCF ont négligé les investissements sur les lignes de l’Île-de-France pour concentrer leurs efforts sur la réalisation des lignes de TGV.
Il en résulte que si le réseau TGV est devenu une fierté pour notre pays, les transports en Île-de-France, en revanche, en sont devenus la honte et le cauchemar de leurs usagers. Trains annulés sans préavis, retards, fermetures de gares, trains bondés, la gamme des désagréments est hélas large et bien connue des Versaillais.

Les transports en Île-de-France sont devenus le cauchemar des usagers

Certains ont pu nous dire : mais que faites-vous en tant qu’élus pour améliorer les choses ? Depuis 2008, je n’ai cessé, comme bien d’autres maires et parlementaires, de défendre votre cause d’usagers des transports auprès de la SNCF, de l’État, et de la Région, collectivité plus directement en charge de l’organisation des transports publics depuis les lois de décentralisation. Courriers à répétition, questions d’actualité en tant que député, groupes de travail, désignation au sein de notre équipe municipale d’un correspondant pour les questions liées aux trains, nous avons employé tous les moyens en notre possession pour mobiliser sur ce sujet nos interlocuteurs en charge de ce dossier.

Heureusement, les choses sont en train de changer. Les choix faits par Valérie Pécresse depuis son élection ont permis une forte accélération des investissements de la Région.

Nous venons d’en voir la traduction concrète avec l’arrivée tant attendue de nouvelles rames sur la ligne L entre les gares Rive-Droite et Saint-Lazare.
Outre un confort très supérieur, ces nouveaux trains permettent d’ores et déjà de ne plus avoir de pannes liées aux machines. Reste évidemment tous les problèmes entraînés par la vétusté des voies et de la signalétique. Pour résoudre ces difficultés, des travaux importants ont également été lancés, mais avant que nous puissions en voir les résultats, il nous faudra, hélas, encore patienter de longs mois.
L’intercommunalité de Versailles Grand Parc (VGP) a également fait de l’amélioration du réseau de bus sa première priorité. Un effort financier significatif ainsi que la restructuration du schéma général des lignes ont été engagés. L’achat de bus électriques a été planifié avec la Région, qui devrait pouvoir équiper l’une des trois lignes à fort débit traversant Versailles fin 2018 / 2019. Un autre sujet du moment est la mise en place des nouvelles règles de stationnement. En 2014, le Parlement a transféré aux communes la gestion du stationnement et a dépénalisé la contravention sanctionnant le stationnement.
Face à ce bouleversement, la Ville a décidé d’investir dans l’achat de nouveaux horodateurs afin de vous permettre non seulement encore de payer par pièces et carte bancaire mais également à partir de vos smartphones.
De même, dans un souci notamment de soutenir le commerce de proximité et de ne pas alourdir les charges des ménages, nous avons choisi, à la différence d’un grand nombre de villes qui ont décidé de fortement augmenter les montants des amendes de stationnement, de maintenir ceux actuellement en vigueur (17 euros et 33 euros en cas de non-paiement dans les délais).

François de Mazières 
Maire de Versailles
Président de Versailles Grand Parc

{$temp.oBarreOutils.print}