Mairie

{$temp.oBarreOutils.print}

Tribunes libres

OCTOBRE 2017

Le Conseil municipal de Versailles est composé de 5 groupes qui disposent chacun de leur propre espace d'expression dans cette rubrique. Les cinq groupes sont :

Les textes de cette page reproduisent intégralement les "tribunes libres" du magazine de la Ville ouverte aux groupes formés au sein du Conseil municipal. Ils n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

UNION POUR VERSAILLES

Semaine de 4 jours dans les écoles : pari tenu !

Début juin, dès la parution du projet de décret autorisant les maires à revenir aux anciens rythmes scolaires, notre équipe a enclenché le processus pour la rentrée de septembre. Ne mesurant pas de bénéfices sur les apprentissages, constatant bien au contraire une fatigue accrue des élèves, en particulier pour les petits de maternelles, la très grande majorité des enseignants avait en effet un avis négatif sur cette réforme mise en place par le gouvernement précédent. Les parents d’élèves souhaitaient également majoritairement le retour à l’organisation antérieure. Dès lors, les conditions étaient réunies pour recueillir l’avis des conseils d’école, faire valider la nouvelle organisation par le Conseil municipal de juillet et transmettre officiellement la demande à l’Inspecteur d’académie, qui a répondu favorablement. Versailles, avec quelques grandes villes des Yvelines telles que Poissy ou Saint- Germain-en-Laye, a créé une dynamique : 50 % des communes de notre département ont depuis fait ce choix. Malgré un calendrier resserré, les services de la Ville ont tout mis en oeuvre pour organiser la rentrée et offrir aux parents des solutions d’accueil de loisirs le mercredi afin de tenir compte de leurs contraintes professionnelles et familiales. Ainsi, les enfants sont désormais accueillis à la journée ou à la demi-journée avec repas. Sous réserve de quelques ajustements à la rentrée dus à des contraintes de locaux, les demandes ont été satisfaites. L’organisation du temps périscolaire étant désormais stabilisée, nous souhaitons renforcer l’offre de loisirs éducatifs. À ce titre, la politique de développement des résidences d’artistes permet d’initier de nombreux projets avec l’Éducation nationale. La présence de la compagnie de l’Alouette dans l’école Petits-Bois - Albert-Thierry, de la Voix des Plumes à l’école Carnot ou de Mobilis Immobilis autour de la danse contemporaine s’est concrétisée par des nombreux projets avec les enseignants. De même, l’intervention de comédiens dans les classes pour la préparation des Olympiades de la lecture structure ce grand moment de partage du goût de la lecture orale. Initié par François de Mazières en 2008, cet événement a depuis été repris au niveau national par le Ministère de l’Éducation sous l’appellation Les petits champions de la lecture. De plus, l’engagement exemplaire de Versailles pour garantir le zéro phyto dans ses espaces publics, a permis de déployer des potagers dans de nombreuses écoles, avec l’intervention sur le temps scolaire, d’éco-jardiniers de la Ville. Unique par son ampleur et la qualité du travail pédagogique réalisé, cette action a été récompensée le 21 septembre par un prix spécial de la Fondation Sylvain Augier dans le cadre du trophée « Une école, un jardin ».

La Majorité municipale

 

 

Vers le haut

LE PROGRÈS POUR VERSAILLES

 

Un contrat initiative emploi (contrat aidé) est un contrat de travail dont le coût est diminué par des aides de l’État. Ces contrats sont à doubles sens : ils permettent à des personnes en grande difficulté de retrouver un travail mais aussi à des associations ou à des mairies, par exemple, de pouvoir employer des personnes et ainsi de pouvoir fonctionner convenablement, pour le bien de tous. Ces emplois sont accompagnés de tutorats, de formations, d’aides à la reconversion… Ils sont donc bien plus que de simples emplois et permettent une réelle réinsertion de beaucoup de nos citoyens. Avant septembre 2017, 320 000 personnes bénéficiaient de ses contrats. Depuis la rentrée, déjà plus de 20 000 personnes ont perdu, sans préavis, sans concertations, du jour au lendemain, leurs emplois et se retrouvent donc, à nouveau, dans une situation de grande précarité, suite à une décision arbitrale de l’exécutif. L’objectif du gouvernement étant d’en réduire le nombre à moins de 200 000 d’ici début 2018. Le 24 août, le Premier ministre En Marche Édouard Philippe justifiait cette mesure, trouvant que ces contrats étaient « trop coûteux » et « peu utiles ». Bien sûr, toutes les mesures, toutes les lois peuvent être remises en question, si cela va dans le sens de nos valeurs républicaines. En quoi précariser les plus précaires estil justifié ? L’État peut-il faire des économies de bouts de chandelle sur le dos de nos concitoyens les plus fragiles ? Après la baisse des APL, l’augmentation de la CSG, la casse du code du travail, le gouvernement de Monsieur Philippe continu, inlassablement, d’augmenter les écarts entre les classes sociales. Cela va à l’encontre de nos idées, de nos valeurs. À l’heure où nous écrivons notre tribune, nous ne connaissons pas encore l’impact de cette mesure sur la Commune de Versailles et plus particulièrement sur les associations oeuvrant sur la commune. Seront telles une fois de plus victimes de la baisse des emplois aidés ? Nous continuerons, avec nos partenaires de gauche de dénoncer ces casses, de nous mobiliser. Nous resterons aux côtés de ceux qui sont oubliés, les invisibles, ceux qui n’ont pas la parole, ceux qui ne sont pas représentés à l’Assemblée nationale. Nous continuerons notre combat pour une société plus juste. Alors n’hésitez pas à nous contacter et rejoindre nos rangs. Seule une mobilisation citoyenne d’ampleur pourra faire bouger les lignes et construire un avenir meilleur pour notre ville.

 

 

Isabelle This Saint Jean – Didier Baichère – Carmise Zenon– Serge Defrance
Parti Socialiste & DVG
Twitter : @progvers2014
Contact : progrespourversailles@remove-this.gmail.com

http://leprogrespourversailles.blogspot.frhttps://www.facebook.com/www.leprogrespourversailles.fr

Vers le haut

VERSAILLES BLEU MARINE

Chères Versaillaises, chers Versaillais,

Notre ville accueille la plus grande caserne de Gendarmes de France, à Satory. Plus de 1 500 militaires et leur famille y résident. Nous savons à quel point ils sont importants pour notre sécurité intérieure et extérieure et pourtant, ils sont logés dans des conditions parfois proches de l’insalubrité. Les appartements sont vétustes, les parties communes délabrées et la voirie dans un état lamentable. La caserne Delpal, notamment, construite il y a plus de 80 ans, semble ne pas avoir été entretenue depuis sa création. Nous trouvons parfaitement inadmissible de laisser Satory dans un tel état, c’est une honte nationale. Le Maire de Versailles a, certes, attiré à plusieurs reprises l’attention des gouvernements depuis plus de 2 ans, mais visiblement, sans succès, sans avancée réelle. Nous demandons que soit mise une pression forte pour qu’enfin cette situation soit prise très au sérieux, que l’état prenne les décisions et engage les moyens nécessaires pour permettre, dans les meilleurs délais, de loger décemment les membre des 6 escadrons de Gendarmerie et du GIGN. L’état semble, depuis des années, bien plus préoccupé par le confort de logement des migrants que de celui de nos hommes et femmes qui protègent, servent et défendent notre nation et ses citoyens. C’est insupportable. Quittons Satory pour le quartier Montreuil. Les travaux du Boulevard de la République et cet alignement légendaire d’arbres sur plus d’un kilomètre inquiète les riverains font débat et les analysent s’affrontent. Les arbres sont ils malades ? Oui répondent certains, non répondent d’autres. Faut-il vraiment installer une piste cyclable sur toute sa longueur et réduire le nombre de places de stationnements ? Oui répondent certains, non répondent d’autres. L’aménagement déjà réalisé dans la première partie (depuis la Place Thiers) est plutôt satisfaisant, mais n’est pas un échantillon représentatif et révélateur de ce qui pourrait être appliqué sur toute la longueur du boulevard car il a été réalisé sur la partie la plus large. Il faut donc écouter les riverains. Une consultation a été mise en place à ce sujet. Notre point de vue est le suivant : il est indispensable, pour la beauté de ce boulevard, de conserver l’alignement d’arbres. Il est également indispensable de laisser aux automobilistes, riverains ou de passage, la possibilité de pouvoir circuler et stationner sereinement. Les contraintes de déplacement sont déjà telles qu’en rajouter serait à nouveau une entrave aux libertés individuelles. Le Conseil Municipal doit être bien mieux impliqué dans les décisions qu’il ne l’a été jusqu’à présent, un vrai débat doit avoir lieu sur l’aménagement de ce boulevard. Le Conseil de quartier a été plusieurs fois informé des projets et des débats, parfois cacophoniques ont eu lieu, mais il n’est qu’une instance consultative sans pouvoir de décision, celle-ci devant revenir, in fine, au Conseil Municipal élu.

 

Thierry Perez
pour Versailles Bleu Marine
06 26 82 06 45
fn78@remove-this.frontnational.com BP 242 78002 Versailles cedex

Vers le haut

VERSAILLES 90 000 VOISINS

 

• Versailles : Magazine de propagande ? Votre magazine d’information se transforme en support de propagande pré-électorale. Record battu le mois dernier : 50 pages de publicité contre une demi page de tribune pour les groupes d’opposition. Les axes d’amélioration ne manquent pourtant pas.
• Les impôts locaux des versaillais ont augmenté plus vite que l’inflation. Les montants des taxes d’habitation et taxes foncières sont obtenus en multipliant les valeurs locatives, votées par le parlement, par les taux, votés par les départements et les communes. Les députés votent chaque année une revalorisation des valeurs locatives (de 1% à 2% par an). Censée correspondre aux prévisions d’inflation, ces hausses sont supérieures à l’inflation effectivement constatée. Grâce à ce vote miraculeux, la ville peut afficher un gel de ses taux tout en bénéficiant de la hausse discrète des valeurs locatives. Ce sont donc bien les contribuables versaillais qui ont compensé la baisse des dotations de l’Etat.
• Les coûts ajoutés de la communauté d’agglomération. La réduction des dépenses reste quant à elle toujours un sujet tabou. Maintenir un niveau de services notamment en direction des plus fragiles nécessite de faire évoluer l’organisation et de rationaliser les dépenses externes. Le digital offre en la matière de nombreuses possibilités. Or les mesures engagées par la ville sont très en deçà de l’urgence de la situation. La communauté d’agglomération de Versailles Grand Parc (VGP), qui devrait être un outil de rationalisation de la dépense, ne remplit toujours pas ce rôle. Au lieu d’inaugurer un nouvel « Hôtel » d’agglomération, la ville aurait gagné à se concentrer sur l’exploitation de son potentiel touristique. Les années se suivent et elle peine toujours à tirer le meilleur parti de flux touristiques en progression.
• Le zéro-phyto ne fait pas une politique de développement durable Les initiatives en faveur d’une réduction des émissions de gaz à effet de serre foisonnent dans toutes les métropoles. Les villes disposent de nombreux moyens d’action en matière d’aménagement, de logement, de mobilités ou de consommation. A quand un Plan Climat Energie pour Versailles ?
• La politique vélo ne peut se résumer à la création de la ceinture verte Le vélo a toute sa place dans les déplacements quotidiens, dont les trajets domicile – travail. Or le réseau cyclable versaillais reste trop décousu. Les intersections sont dangereuses, les continuités avec les réseaux des villes voisines insuffisantes. Les places de stationnement à proximité des gares sont saturées. Et le soutien au vélo électrique inexistant. Notre groupe propose de travailler sur ces sujets de manière constructive. Beaucoup de versaillais souhaiteraient également pouvoir s’exprimer. La ville gagnerait à lancer une application de participation citoyenne, telle que Fluicity, afin de faciliter la remontée de leurs contributions. Le temps de la démocratie (augmentée) à Versailles est-il venu ? Rien n’est moins sûr.

Versailles, 90 000 voisins

Benoit de Saint-Sernin
Gaspar Masson

Benoit.desaintsernin@remove-this.versailles.fr gasparmasson.versailles@remove-this.gmail.com

Vers le haut

VERSAILLES FAMILLES AVENIR

« Djihad civilisationnel » : Versailles n’y échappe pas !

Le professeur d’université Jean-Louis Harouel constatait dans le Figaro du 16 août 2016 à propos du burkini que « les djihadistes “civilisationnels” […] oeuvrent inlassablement à rendre toujours plus présents sur notre sol leur civilisation, leurs règles et leur mode de vie ». Force est de constater que notre ville n’échappe pas à cette forme de combat qui d’ailleurs est contraire aux valeurs de la République et qui vise à imposer en France un mode de vie qui n’est pas le nôtre. De nombreux événements ont été rapportés qui illustrent cette nouvelle réalité et viennent émailler la vie de nos concitoyens, de plus en plus troublés et inquiets de l’absence d’une réaction raisonnée de la part des autorités politiques et administratives de notre ville. En effet, selon de nombreux témoignages, des individus s’installent ostensiblement sur des tapis dans la rue afin de faire leur prière. Ainsi ceux qui ont pu être remarqués et parfois photographiés boulevard de la Reine, rue de l’Indépendance-Américaine, caserne de Satory, etc. Il n’est pas encore interdit de prier dans notre pays, fort heureusement, et cela peut même être parfois vivement recommandé, mais il n’y a aucune raison que ces prières interviennent dans l’espace public alors qu’il existe des mosquées disponibles pour ce faire à Versailles. Début septembre ces actions sont montées d’un cran lorsque des habitants de la rue de la Paroisse ont été réveillés à 5 heures du matin par des individus proclamant des sourates dans des mégaphones. Bien sûr il convient d’être prudent et de vérifier qu’il ne s’agit pas d’une blague de potache. Les Identitaires, habitués à ce type de happening, ne semblent pas avoir revendiqué l’événement. Quelques jours plus tard, un individu, apparemment sous l’empire de l’alcool, est venu dans un restaurant de la place du Marché pour tenir assez longuement des propos faisant clairement l’apologie du terrorisme et menaçant les Versaillais des pires actes. Nous étions présents lors de cet épisode, et malgré les appels des restaurateurs et le nôtre la police n’est pas intervenue. (NDLR : l’individu semble avoir été interpellé plus tard dans la nuit.) Nous alertons le maire de Versailles et le préfet Morvan au sujet de ces actes qui ne sont pas acceptables dans notre pays et notre ville. Nous demandons que des enquêtes précises soient réalisées pour identifier leurs auteurs et faire cesser ces agissements. Maire et préfet sont garants de l’ordre public et républicain, l’un en tant que premier magistrat de la commune, l’autre en tant que représentant de l’État. Ces événements surviennent alors que la Ville de Versailles héberge depuis quelques mois des « migrants » dans un centre d’accueil pour SDF aux Mortemets. Y a-t-il un lien ? Notre groupe souhaite que toute la lumière soit faite.


Fabien Bouglé-Valérie d’Aubigny
Groupe Versailles Familles Avenir,
07 82 23 82 32,
versaillesfamillesavenir@remove-this.gmail.com www.versaillesfamillesavenir.fr

 

 

Vers le haut

{$temp.oBarreOutils.print}