Mairie

Tribunes libres

Le Conseil municipal de Versailles est composé de 5 groupes qui disposent chacun de leur propre espace d'expression dans cette rubrique.
Les cinq groupes sont :

  • Union pour Versailles
  • Le progrès pour Versailles
  • Versailles bleu marine
  • Versailles 90000 voisins
  • Versailles Familles Avenir

Les textes de cette page reproduisent intégralement les "tribunes libres" du magazine de la Ville ouverte aux groupes formés au sein du Conseil municipal.
Ils n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Février - Mars 2019

 

Le Conseil municipal de Versailles est composé de 5 groupes qui disposent chacun de leur propre espace d'expression dans cette rubrique. Les cinq groupes sont :

 

Les textes de cette page reproduisent intégralement les "tribunes libres" du magazine de la Ville ouverte aux groupes formés au sein du Conseil municipal. Ils n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.


Les archives  des tribunes libres de l'année en cours sont disponibles ici

UNION POUR VERSAILLES

La propreté de Versailles : l’une de nos priorités

La propreté de notre ville est l’une de nos grandes préoccupations. Conscients que l’état de propreté représente l’une des premières images que l’on se fait d’une ville, nous redoublons de rigueur en veillant à coupler efficacité, mobilisation, sensibilisation et accompagnement des Versaillais pour que la propreté soit l’affaire de tous.
Pour cela, la Ville a mis en oeuvre toute une série de mesures. Depuis de nombreuses années, d’importants moyens ont été investis dans l’achat de matériels (laveuses, balayeuses, compactrices, hydrogommeuses, Gluttons, distributeurs de sachets canins, corbeilles de ville…). Mais tout cela n’est rien sans les hommes, agents de propreté de la Ville qui interviennent également manuellement sur l’espace public.
Répartis en 3 secteurs, ces 69 agents travaillent sept jours sur sept quelles que soient les conditions climatiques. Ils sont d’ailleurs les premiers mobilisés en cas d’intempéries hivernales.
Par ailleurs, Versailles a créé il y a 9 ans l’Association des Villes pour la Propreté Urbaine (AVPU), qui se charge tous les mois d’évaluer objectivement l’état de propreté de nos rues grâce aux Indicateurs Objectifs de Propreté. Ces IOP nous aident à identifier les principales sources de salissures et à être ainsi plus réactifs pour y remédier.
Nous savons que tous ces moyens déployés dépendent directement de la bonne volonté des usagers qui se partagent l’espace public.
La propreté de Versailles nous concerne tous. Il faut que chacun respecte des règles simples : ramassage de ce qui tombe malencontreusement de nos sacs (se baisser n’est pas s’abaisser !), ne pas jeter ses mégots par terre, respecter les horaires et les lieux de collecte des ordures ménagères, des végétaux, plastiques, emballages et encombrants.
Pour accompagner les Versaillais, des campagnes de sensibilisation sont menées tous les ans sur tous nos supports de communication et une médiatrice sillonne les quartiers pour inciter aux bons gestes.
En dépit de nos efforts, il subsistera toujours une part d’usagers irrespectueux. Et cela coûte très cher à la collectivité, que ce soit en termes de qualité de notre espace commun qu’en termes financiers.
C’est pourquoi, nous avons mis en place la fouille des dépôts sauvages qui nous permet d’identifier et de sanctionner financièrement 300 contrevenants récidivistes chaque année.
Nous savons que satisfaire l’ensemble des Versaillais sur ce sujet est un objectif difficile à atteindre, car chacun a son ressenti de l’état de propreté. C’est pourquoi toutes les remontées d’information des conseils de quartiers sont également étudiées. En outre, l’Appli Versailles est un autre bon moyen de relayer des problèmes et d’intervenir rapidement sur ce qui peut nous échapper.
Améliorer encore la propreté reste un objectif quotidien pour les agents de la Ville et notre équipe municipale. Restons attentifs, réactifs et responsables ensemble, pour Versailles !

La Majorité municipale

 

 

Vers le haut

LE PROGRÈS POUR VERSAILLES

 

Le dernier magazine municipal titrait sur une « Une ville plus solidaire ». Certes des actions sont engagées sur le mal-logement et on ne peut que saluer le dévouement des personnels communaux, notamment du CCAS de Versailles.

Mais outre la précarité évidente et persistante de nombreux Versaillais, que les politiques de la Région Ile-de-France et du département des Yvelines, soutenues par les élus de la majorité versaillaise, ne font que renforcer par la suppression de centres de protection maternelle et infantile ou les coupes dans les budgets pour permettre à des enfants de partir en vacances, on peut s’interroger sur la politique municipale de grands projets et d’ « embellissement » qui participent certes de l’image de marque de notre ville mais profite peu à ses habitants au quotidien, surtout aux plus fragiles.

Oui les Jeux Olympiques et Paralympiques Paris 2024 sont une belle opportunité pour Versailles. Oui la gare des Chantiers, 1ère gare d’Ile-de-France en grande couronne avait besoin d’être complètement repensée.

Mais quid des difficultés d’accès à des soins de qualité, accessibles financièrement (donc en secteur 1 conventionné) et surtout rapidement ? Ce phénomène commence à concerner toute notre ville mais les plus aisés, qui maîtrisent les rouages de notre système de santé et ont accès à Internet, trouveront toujours une solution. Ce n’est malheureusement pas le cas de tous les habitants. Une ville plus solidaire vraiment ?

Nous pensons également aux problèmes de mobilité et de stationnement, qui touchent avant tout celles et ceux qui doivent passer 3 h dans les transports car ils n’ont pas d’autre choix pour aller travailler, et qui, par manque de places en crèches, doivent parfois traverser la ville à 7 h du matin pour déposer leurs enfants avant de retourner à la gare la plus proche de chez eux pour se rendre à leur travail. Il ne s’agit pas de cas d’école mais bien de la réalité quotidienne de Versaillais.es, notamment des mères isolées.

Ces situations ne peuvent évidemment pas être réglées à la seule échelle de Versailles. Mais la ville peut et doit faire plus, pour qu’une part non négligeable de ses habitants, qui se sentent profondément versaillais, n’aient pas le sentiment d’être des citoyens de seconde zone. La solution n’est certainement pas de soutenir des responsables politiques qui parlent d’assistanat pour ensuite se vanter d’être solidaires.

Il y aura en 2019 avec les élections européennes et en 2020 avec les élections municipales des occasions de véritablement choisir la solidarité dans le respect de la diversité de notre ville. Nous comptons sur vous.

 

 

 Georges Blanchet – Carmise Zenon
Parti Socialiste & DVG
Twitter : @progvers2014
Contact : progrespourversailles@remove-this.gmail.com

http://leprogrespourversailles.blogspot.frhttps://www.facebook.com/www.leprogrespourversailles.fr

Vers le haut

VERSAILLES BLEU MARINE

Chères Versaillaises, Chers Versaillais,

L’actualité de ces dernières semaines rend incontournable l’évocation du mouvement des Gilets Jaunes. Ce mouvement populaire, citoyen, n’est pas uniquement la conséquence de la politique de Monsieur Macron, mais bien la conséquence de décennies d’errance politique.
Le vase était déjà plein.
Les Français en ont assez de ces politiques qui se suivent et se ressemblent et qui conduisent les plus modestes, les plus fragiles à voir leur vie se dégrader au fil des années. Leur vie et celle de leurs descendants, ce qui ne fait que rajouter de l’inquiétude et de la colère.
Comment nos élites autoproclamées peuvent elles rester de marbre face à la détresse de millions de nos compatriotes ? des travailleurs pauvres, obligés de dormir dans leur voiture, des retraités dont les pensions permettent tout juste de survivre, des salariés précarisés par le chômage à la suite de la délocalisation de leur usine, des salariés à temps partiels, obligés de cumuler plusieurs emplois pour s’en sortir…
Et pendant ce temps, le coût de la vie augmente, les taxes et les impôts n’ont jamais été aussi pesants et même confiscatoires pour les TPE/PME.
Que faut-il qu’il se passe pour que les hommes et femmes politiques qui ont le pouvoir entre les mains comprennent le ras le bol et la détresse d’une majorité de Français et agissent durablement pour permettre de vivre de leur travail ?
Les violences commises lors des manifestations sont totalement inadmissibles et leurs auteurs doivent être condamnés, mais malheureusement, le risque que ces violences s’installent durablement est bien présent.
Il est d’une violence extrême, qu’un homme de 68 ans se tue en tombant du toit de la Préfecture des Yvelines, à Versailles, début 2019. Cet homme avait une pension de retraite trop basse et devait encore travailler. Il nettoyait les gouttières de l’édifice lorsque le drame s’est produit… Il ne s’agit évidemment pas de « récupérer » cet événement si dramatique pour faire de la basse politique mais sans doute que cette situation illustre la vie de beaucoup de nos compatriotes.
La fracture est là, bien là. Le débat national dont l’organisation vacille à la suite du retrait de la Présidente de la Commission (suite à l’annonce publique de son salaire) est de la poudre aux yeux tel qu’il est prévu. Un débat « numérique » ! Les Mairies, échelon primordial de la vie politique et citoyenne doivent être placées au premier rang. Elles doivent jouer un rôle crucial et redevenir la courroie de transmission entre le peuple et les gouvernants. Il est indispensable de réduire la dépense publique, de revoir nos priorités économiques, de les recentrer et de rendre enfin possible ce qui est nécessaire. L’immigration ne sera pas un thème retenu dans ce débat national, l’Europe non plus, c’est un tort. Quitte à parler, nous devons parler de tout, sans tabou, sereinement, tout mettre « sur la table ». Il en va de notre cohésion et de notre avenir.
Belle année à toutes et à tous

 

Thierry Perez
pour Versailles Bleu Marine
06 26 82 06 45
fn78@remove-this.frontnational.com BP 242 78002 Versailles cedex

Vers le haut

VERSAILLES 90 000 VOISINS

La ficelle est un peu grosse

La participation de la ville au débat national ouvert par le Président a été balayée d’un revers de main technocratique par la majorité en conseil municipal. Les thèmes retenus sont pourtant au coeur des préoccupations : transition écologique, fiscalité, organisation de l’État, démocratie et citoyenneté. Nous savions le Maire allergique aux ronds-points. Il se confirme aussi qu’il souhaite maintenir une chappe de plomb sur la vie démocratique versaillaise. Tout en restant concentré sur la préparation de sa réélection.
Les vieux réflexes ont décidément la vie dure. La direction de la communication se transforme ainsi en pré-équipe de campagne. La présence des groupes d’opposition sur les nouveaux supports de communication démultipliés par la ville est inexistante. Les tribunes de l’opposition antérieures à celles du mois ont été supprimées sur le site. Les dernières tribunes sont reléguées au fonds de l’arborescence du site internet. Le bilan de mi-mandat, ne réservant aucun droit d’expression libre à l’opposition, figurait encore jusqu’à une date récente sur la page d’accueil. Les moyens et ressources de la ville et de son magazine sont mis au service de la propagande exclusive de la majorité, au lieu de donner la parole aux versaillais, associations, entreprises, administrations, artistes, commerçants, etc.
La mairie avait programmé une exposition à l’espace Richaud sur les projets engagés par la ville depuis 2008, afin d’imprimer les esprits (et les affiches de la ville) quelques semaines avant le démarrage de la campagne municipale. Cette exposition devait être financée en partie par la société OGIC, promoteur de Richaud, à hauteur de 50.000 €, dans le cadre d’un mécénat culturel. Sous la pression des groupes d’opposition, le Maire a retiré de l’ordre du jour la délibération concernée lors du dernier conseil, jugeant inopportun de prolonger cette exposition à l’automne.
La Mairie convoque le ban(c) et l’arrière ban pour inaugurer les illuminations de Noël. Mais dans le même temps laisse se construire un parking en plein air à Parly II aux portes de la ville, en bordure de l’arboretum, renforçant sa capacité d’attraction et son impact négatif durable sur les commerces versaillais. Pourquoi le Maire, également Président de Versailles Grand Parc, n’at- il pas exprimé son opposition ?
Nous invitons tous les versaillais, au-delà des réflexes partisans, à débattre de questions de fonds et des réponses pouvant être apportées à l’échelon municipal : participation des citoyens aux décisions tout au long du mandat, lutte contre le réchauffement climatique, simplification du millefeuille administratif. maitrise des dépenses de fonctionnement, renforcement du commerce de proximité, accompagnement des plus fragiles, transport, attractivité économique. La vivacité de notre démocratie locale est une des clefs de la sortie de crise. Soyez assurés de notre engagement pour faire vivre le débat et dynamiser notre Cité, à vos côtés.

Versailles, 90 000 voisins

Gaspard Masson
gasparmasson.versailles@remove-this.gmail.com
Benoit de Saint-Sernin
Benoit.desaintsernin@remove-this.versailles.fr

Vers le haut

VERSAILLES FAMILLES AVENIR

Les Gilets jaunes : cri de détresse dans un champ de ruines social !

Présents aux côtés des Gilets jaunes, nous les écoutons et les soutenons. Vus de loin, à travers le prisme médiatique, ces hommes et ces femmes inquiètent. Qui sont-ils, que veulent-ils, sont-ils violents, politisés?
C’est la force du mouvement de ne pas mettre en avant des têtes faciles à couper. Chaque groupe se soude autour de revendications ouvertes.
La colère, elle, est un moteur commun à tous ceux qui, comme nous, veulent faire sauter le couvercle des pratiques éculées sclérosant la démocratie française. Ce système tient droit, mais comme un postillon saoul à qui seules ses bottes épargnent la chute. Illustration désastreuse : le titubant Junker, à la tête de l’Europe telle qu’on nous l’impose.
Les Gilets jaunes campent sur les ronds-points autour de la chaleur d’un feu. Beaucoup retrouvent là solidarité, proximité, écoute, amitié. N’ayant plus rien à perdre, ils ne sont pas près de rentrer à la maison.
Tant mieux !
Au fond, cette colère est le rejet de tout ce qui s’impose de manière arbitraire et injuste aux Français. Ils n’acceptent plus la trahison de leurs élus. La flambée des taxes pour payer quoi ? La hausse de 66 % de la part de taxe foncière du Département pour financer l’accueil des migrants ou la délirante Maison des Yvelines au Sénégal ? Pierre Bédier ne rendra pas aux Yvelinois l’argent qu’il leur doit. Il considère que cet argent est mieux géré par lui que par les ménages eux-mêmes. Un tel mépris légitime la révolte des retraités et des classes moyennes qui veulent juste vivre de leur travail.
Derrière l’apparent « souci de la planète » pour justifier la saignée fiscale, les Français voient bien le saccage de la Terre (à Versailles le terrain Pion, les juteuses opérations immobilières dans toute la ville), de la culture traditionnelle, le mépris des élites (je suis le Roi de ma ville, j’ai obtenu plus de 50 % des votes, mon conseil municipal n’est qu’une chambre d’enregistrement). N’oublions jamais que François de Mazières a appelé à voter Macron.
Menaces sur nos libertés individuelles : prélèvement à la source, Linky imposé, radars partout, contraventions à la plaque d’immatriculation et pistage de vos déplacements, expérience de bracelets mouchards chez des écoliers…
L’ultime SOS des Gilets jaunes rejoint la priorité de Versailles Familles Avenir : la défense du socle. Les gouvernements successifs ont ruiné et trahi la Famille par l’abandon d’une vraie politique familiale, par le mariage pour tous… avec la complicité active de maires dont l’autonomie s’atrophie sans résistance.
La famille détruite, le Gilet jaune se retrouve seul dans un champ de ruines social. Souvenons-nous que la France a connu ses plus beaux rebonds grâce à la combativité de quelques-uns !
Ceux qui, vraiment, ne lâchent rien.



Fabien Bouglé-Valérie d’Aubigny
Groupe Versailles Familles Avenir,
06 82 86 22 14,
versaillesfamillesavenir@remove-this.gmail.com www.versaillesfamillesavenir.fr

 

 

Vers le haut