{$temp.oBarreOutils.print}
Recherche parmis les actualités

[Conférence 17-18] : les océans, défi de notre temps

Accéder au contenu

Rencontre avec l’Amiral Desclèves, qui présentera à l’UIA du 4 octobre 2017 au 4 avril 2018 un cycle de huit conférences autour des enjeux géostratégiques des océans, intitulé « L’Empreinte de l’Océan, défi de notre temps ».

Emmanuel Desclèves est vice-amiral, membre de l’Académie de marine, de l’Académie des sciences d’outre-mer et de la Société de géographie,

 

Cycle de 8 conférences, les mercredis de 16h30 à 18h. Voir détails en bas d’article.

 

 

Bonjour Amiral, en quoi l’océan est-il un espace géopolitique majeur ?

 

Il est tout d’abord remarquable car il est le plus grand espace de la planète, par son étendue qui représente près de 70% de la surface de la Terre. Ensuite cet espace immense est composé d’eau de mer : un fluide tout à fait unique qui facilite les communications entre les pays et les hommes ; mais qui est aussi la source originelle de toute vie sur la planète.

Espace privilégié de communication entre les hommes, l’océan permet 90% des échanges matériels internationaux (transport maritime) mais aussi 98% des échanges immatériels via les câbles sous-marins, par où transitent la quasi-totalité des données internet. Sans l’océan, il n’y aurait donc pas de mondialisation.

Matrice de la vie, l’océan est à la fois la mémoire et le laboratoire de la vie sur cette planète. Il recèle la plus large biodiversité mais ses richesses potentielles sont encore très mal identifiées : on ne connait probablement pas plus de 10% des espèces vivant dans les océans. Ces immenses ressources biologiques et génétiques devraient à terme répondre au formidable défi de la croissance de la démographie humaine, sur une terre ferme déjà largement surexploitée.

Enfin, l’océan est Res nullius, c’est-à-dire que c’est un espace sans frontières, insécable, inaliénable et par définition international. C’est donc l’espace stratégique par excellence dans la mesure justement où il n’appartient à personne tout en étant au cœur même de la vie sur la planète.

 

 

L’histoire et l’actualité des océans sont alors et avant tout un enjeu pour le futur ?

 

Je voudrais profiter de l’actualité littéraire pour vous citer un extrait du dernier livre de Jacques Attali Histoires de la mer (Fayard) qui vient de sortir en librairie :

« On ne raconte jamais l’histoire des hommes vue de la mer. Et c’est pourtant là que l’essentiel se joue. C’est en lien avec la mer que se sont faites l’essentiel des innovations ayant bouleversé les sociétés humaines. C’est par la mer que circulent, depuis des millénaires, idées et marchandises. C’est en s’assurant le contrôle des océans que les empires se sont hissés au sommet de leurs ambitions. C’est quand ils perdent le contrôle des mers qu’ils déclinent. À l’avenir, c’est encore par et grâce à la mer que surgiront les plus grandes superpuissances. L’importance de la mer devrait donc s’imposer à nous, d’autant plus qu’on commence à comprendre son rôle écologique fondamental et la gravité des menaces qui risquent de la condamner à brève échéance. Que peut-on faire ? D’abord, raconter l’histoire de la mer depuis les premiers instants de l’univers jusqu’à après-demain, prendre conscience de son rôle central dans la perpétuation de la vie et dans l’histoire de l’humanité. »

 

 

Vous êtes membre de l’Académie de marine, de l’Académie des sciences d’outre-mer, de la Société de géographie, pouvez-vous présenter votre parcours ?

 

J’ai passé 37 ans dans la Marine nationale, dont une quinzaine d’années embarqué sur divers bâtiments de surface, en Atlantique et Méditerranée mais également trois ans dans le Pacifique sud et deux ans et demi en océan Indien. Après la Marine militaire, j’ai passé trois années à Marseille chez l’armateur CMA CGM, une expérience très enrichissante pour comprendre le phénomène de la mondialisation. J’ai terminé ma carrière par la construction navale militaire, au cours de 6 années chez DCNS comme conseiller du PDG.

Parallèlement à cette carrière maritime active, j’ai eu la chance de pouvoir intégrer des institutions académiques, où j’essaie de faire fructifier mon goût pour l’écriture sur des sujets en général liés à la mer.

 

 

PROGRAMME DU CYCLE DE CONFERENCES

 

4 octobre - La mer, vecteur et enjeu du futur.

18 octobre  Le transport maritime à l’aune de la mondialisation.

15 novembre - La construction et la réparation navale, civile et militaire.

13 décembre - Le monde maritime à l’avant-garde des sciences et techniques.

10 janvier - Mer et développement durable, une vision écologique intégrale.

7 février - Les enjeux de la Haute mer, bien commun de l’humanité.

14 mars - Défendre la planète bleue ; piraterie, activités illicites, contrôle des activités en mer.

4 avril - Le Peuple de l’Océan, les plus grands navigateurs de tous les temps.

 

Retrouvez l’ensemble des cycles de conférences de l’UIA sur la page Programme 2017-2018.

 

 

Bibliographie :

-     Mer et marine‎ : enjeux stratégiques et culturels du XXIe siècle pour un monde plus fluide, plus juste, plus durable. Paris‎ : l'Harmattan, 2014 (contributeur)

-     Le Peuple de l’Océan : l’art de la navigation en Océanie. Paris : l'Harmattan, 2011 (Lauréat du Prix Éric Tabarly du meilleur livre de mer 2010)

-     Sentinelle des mers : la Marine nationale contemporaine. Rennes : Marines, 2011

{$temp.oBarreOutils.print}