Culture

{$temp.oBarreOutils.print}

"ASTRONOMIE, AVANCÉES RÉCENTES ET GRANDS PROJETS"

L’UIA propose pour l’année 2018-2019 vingt-trois cycles de conférences dans des domaines aussi variés que la géopolitique, l’histoire, la musique ou l’histoire de l’art (retrouvez ici l'ensemble du programme)
Aujourd’hui, découvrez le cycle scientifique dédié à « l’astronomie : avancées récentes et grands projets », avec Fabrice MOTTEZ, coordinateur du cycle, directeur de recherche au CNRS, LUTH, Observatoire de Paris, Meudon

UIA : L’astronomie continue d’exercer une certaine fascination auprès du grand public, comment l’expliquez-vous ? 

Fabrice Mottez : De nos jours, en ville, le ciel, comme d'autres manifestations de la nature, se fait de plus en plus discret. Il nous reste le Soleil, les planètes, la Lune, et un fond uniforme éclairé par les lampadaires. Pour connaître la fascination d'un ciel noir, traversé par la Voie Lactée et constellé de milliers d'étoiles, pour voir des galaxies et des amas à l’œil nu, comme le voyaient les parisiens du dix-huitième siècle, il faut voyager loin. Malgré tout, l'astronomie continue de fasciner un grand nombre de curieux. Car à travers cette fenêtre, bleue le jour, orangée dans la nuit urbaine, c'est l'univers qui se cache. Un monde indifférent aux humains, dangereux, peuplé d'astres étonnants séparés de vides vertigineux. L'astronomie nous a révélé que l'univers tel que nous le voyons a eu un commencement, et qu'il aura une fin. L'astronomie nous apprend que les éléments dont nous sommes faits ont été forgés au sein d'étoiles qui ont précédé le Soleil, et que l'eau, une molécule si essentielle à notre existence a été fabriquée dans l'espace froid entourant les étoiles. L'astronomie nous dira, peut-être même bientôt, si nous sommes seuls ou si d'autres planètes hébergent une forme de vie à laquelle nous puissions comparer la nôtre. 

UIA : Quels ont été, dans le domaine de l’astronomie, les événements les plus marquants de ces 10 dernières années, pour le grand public et de votre point de vue scientifique ?  

F. M. : L'astronomie est une science très active, et le rythme de ses découvertes ne tarit pas, tant que les chercheurs du monde entiers peuvent mettre en communs leurs intelligences et leurs moyens financiers et techniques, au service de très grands projets de télescopes et d'observatoires spatiaux.
Au cours de dernières années, notons l'observation directe des ondes gravitationnelles, attendues depuis le premier modèle théorique proposé en 1915 par Albert Einstein. Leur observation et leur modélisation, très difficiles, ont révélé, à travers des événements catastrophiques, l'existence de trous noirs de quelques dizaines de masses solaires dont on n'était pas certains avant l’observation des ondes gravitationnelles qu'ils existassent. Nous avons également observé, à toutes les longueurs d'ondes, la fusion de deux étoiles à neutrons. L'existence des étoiles à neutrons, aux propriétés "extravagantes", était encore hypothétique dans les années 1960 ; nous observons aujourd'hui leur naissance, les différentes étapes de leur existence, et l'anéantissement de deux d'entre-elles en une monstrueuse collision. C'est dire le chemin accompli dans une durée inférieure à celle d'une vie d'homme.
D'autres phénomènes exotiques en raison de leurs énergies extrêmes ont été mieux compris, comme les rayons cosmiques, les neutrinos, et les rayonnements gamma de sources cosmiques. D'autres sont tout à fait nouveaux, comme les sursauts radio rapides totalement inconnus il y a douze ans.
L'univers aux plus basses énergies, d'apparence plus familière, est en fait tout aussi étonnant. Là aussi nous avons beaucoup progressé, qu'il s'agisse de comprendre les aurores polaires et les éruptions magnétiques du Soleil, d'observer la formation de planètes, d'explorer une comète pendant des mois, de reconstituer le passé géologique de notre sœur la planète Mars, ou de découvrir des molécules complexes synthétisées sur des grains de poussière dans l'espace interstellaire.

Bien entendu, le quotidien des astronomes professionnels (un peu plus de 10 000 personnes de par le monde) n'est pas constamment illuminé de visions époustouflantes. Leur travail est très technique, méticuleux, occasionnellement décevant, souvent long, mais parfois aussi très excitant.
Les conférences sur l'astronomie de l'UIA de Versailles permettront à des astronomes professionnels de vous présenter le lien entre les questions qui les préoccupent quotidiennement, et les questions universelles qui nous intéressent tous. 

CYCLE DE CONFERENCE « ASTRONOMIE : AVANCÉES RÉCENTES ET GRANDS PROJETS »
Les mardis de 16h30 à 17h30
Cycle de 12 conférences

2 octobre - Les planètes extrasolaires : la découverte des nouveaux mondes, par Alain Lecavelier des Etangs, directeur de recherches CNRS, Institut d’Astrophysique de Paris.
16 octobre - Le nouveau visage de Mars, par Sylvain Bouley, laboratoire de Géophysique Paris –Sud.
13 novembre - Les comètes et les origines du système solaire avec la mission Rosetta, par Nicolas Biver, CNRS, Lesia, Observatoire de Paris.
27 novembre - Aurores polaires : la Terre sous le vent du soleil, par Fabrice Mottez, directeur de recherches au CNRS, LUTH, Observatoire de Paris, Meudon.
11 décembre - Le soleil et les tempêtes solaires : prévoir la météo dans le système solaire, par Miho Janvier, Institut d’Astrophysique Spatiale, Paris XI Orsay.
22 janvier - Les trous noirs géants au centre des galaxies et l’astronomie en rayon gamma, par Hélène Sol, directrice de recherches au CNRS , LUTH, Observatoire de Paris, Meudon.
5 février - La formation des molécules dans le milieu interstellaire, par Jacques le Bourlot, professeur à l’université de Paris Diderot, LERMA, Observatoire de Paris
19 février - A la découverte des pulsars avec la nébuleuse du Crabe, 965 ans après l'explosion qui lui donna naissance, par Arache Djannati- Ataï, laboratoire Astroparticule et Cosmologie (APC).
19 mars - Neutrinos et rayons cosmiques de ultra-haute énergie, par Kumiko Kotera, Institut d’Astrophysique de paris, chargée de recherches au CNRS.
26 mars - Les traces de l’énergie noire dans la structure à grande échelle de l’univers, par Pier-Stefano Corasaniti, chargé de recherches au CNRS, LUTH, Observatoire de Paris, Meudon.
2 avril - Les sursauts radio rapides, messagers très récemment découverts de phénomènes mystérieux et lointains, par Fabrice Mottez.
16 avril - Fusion d’étoiles à neutrons, ondes gravitationnelles, par Luc Blanchet, directeur de recherche au CNRS, LUTH, observatoire de Paris Meudon.

Tarif : Versaillais – 94,26 € / Non-Versaillais – 117,83 €
Retrouver l’ensemble du programme de l’UIA, les modalités de tarif et d’inscriptions sur la page de l’UIA. 

Université Inter-Âges de Versailles
6 impasse des Gendarmes, entrée B
78000 Versailles
01 30 97 83 90 – uia@versailles.fr

{$temp.oBarreOutils.print}