Delphine Horvilleur invite les spectateurs à s’exiler d’eux-mêmes, à partager sa vision d’un théâtre qui parle de notre époque avec humour, en se penchant sur le passé pour mieux construire demain.

« Je m’appelle Ajar, Abraham Ajar, initiales AA. »
Delphine Horvilleur est rabbin, conteuse, ancienne journaliste et directrice de la revue Tenou’a. Elle nous livre ici la savoureuse histoire d’Abraham Ajar, personnage sans âge, juif, souris, python, musulman, chrétien, fils imaginaire d’Émile Ajar, écrivain fictif inventé par Romain Gary, qui reçut en 1975 un impensable deuxième prix Goncourt pour son roman La Vie devant soi.
Delphine Horvilleur repousse toujours les limites, pour convoquer plus grand que soi, pour faire surgir autre chose que ce que nous croyons être. Elle invite tous les spectateurs, croyants, non-croyants, à s’exiler d’eux-mêmes, à partager sa vision d’un théâtre qui parle de notre époque, avec humour, en se penchant sur le passé pour mieux construire demain.

De Delphine Horvilleur / mise en scène Johanna Nizard et Arnaud Aldigé