Flash info

⚠️ Élections législatives du 30 juin et du 7 juillet 2024 : les inscriptions sur les listes électorales sont closes (plus d'infos en cliquant ici).

Lieu stratégique, la place Lyautey s’inscrit de façon très visible dans une grande composition classique à l’articulation des avenues du Général de Gaulle et de Sceaux. Grâce à sa situation, l’office de tourisme aura une fonction d’accueil et de détente pour les touristes, dont les 1,3 million arrivant de la gare, afin de les renseigner et de les orienter vers la ville et le château. Conçu par Philippe Chiambaretta, le nouveau bâtiment sera un lieu d’information qui invitera les visiteurs à découvrir le bosquet du paysagiste Nicolas Gilsoul et la statue de Molière imaginée par l’artiste Xavier Veilhan.

Un espace de vie ouvert

Une composition classique

Afin de préserver transparence et légèreté, le programme se répartit sur trois niveaux :

  • les fonctions d’accueil du public sont accessibles de plain-pied au rez-de- chaussée ;
  • les bureaux et espaces du personnel sont déportés au premier étage ;
  • les locaux techniques en sous-sol.

Cette organisation permet de libérer un espace libre important au sol. Sur ses quatre côtés, le pavillon présente une galerie péristyle avec une fonction d’accueil et de protection à la fois.

Une écriture minimaliste

L’architecture intemporelle du projet opère un trait d’union entre le classicisme du château, et la structure métallique de la gare. D’une composition simple et orthogonale, avec quatre façades et une hauteur contenue de 6,50 m, le bâtiment permet de masquer le contexte hétérogène à l’arrière du bâtiment sans porter atteinte aux vues depuis les logements qui entourent la place. Face au jardin, le pavillon engage un dialogue classique avec sa composition décastyle (dix colonnes de front). La façade en verre très légère, en retrait de la colonnade, contribue à donner une expression minimale très immatérielle au pavillon.

En concevant le nouvel office de tourisme, j’ai souhaité que soit réalisé non seulement un lieu d’information et de détente mais aussi un hommage à l’histoire de Versailles en recréant un bosquet contemporain en coeur de ville. Le premier du côté urbain.

François de Mazières

Une architecture évolutive à faible empreinte carbone

  • Une architecture durable avec un espace en rez-de-chaussée d’une grande flexibilité pour un fonctionnement aux multiples évolutions d’usage dans le temps.
  • Des espaces intérieurs très compacts donc moins sujets aux déperditions thermiques.
  • Des choix de matériaux naturels bio-sourcés et des procédés constructifs mesurés au regard de leur bilan carbone.

Un lieu d’accueil et de conseil

Au nord, la densité des piliers protège la façade du contexte urbain. À l’ouest, des dégagements permettent l’aménagement d’un espace de vie, de restauration, de rencontres ou de loisirs. Face à la gare, un long porte-à-faux offre une transparence complète sur les espaces d’accueil de l’office. Grâce à ces matériaux chaleureux (bois et pierre) et au mobilier accueillant, le pavillon invite le visiteur à une pause dans son trajet.

Retour en haut de page