La Traviata n’est pas seulement un mélodrame social, c’est surtout l’opéra de l’amour absolu, total et triomphant.

C’est à Paris que Verdi découvre au Théâtre du Vaudeville l’adaptation pour la scène du roman d’Alexandre Dumas fils : La Dame aux camélias, roman largement autobiographique et publié en 1849. Le drame fascina et bouleversa le maestro. La légende veut que, à peine sorti du théâtre, Verdi commença à composer la musique de ce qui deviendra l’un des opéras les plus célèbres et les plus joués dans le monde.

La pièce met en scène une courtisane parisienne (Marie Duplessis) qui s’éprend d’un jeune homme et abandonne sa course aux plaisirs pour les vrais sentiments. Mais la respectabilité bourgeoise ne peut le tolérer : la prostituée doit renoncer à sa passion sous la pression de son futur beau-père et meurt, victime de l’hypocrisie qui la rejette.

La Traviata n’est pas seulement un mélodrame social, c’est surtout l’opéra de l’amour absolu, total et triomphant qui continue malgré la mort.