Mairie

L'édito du Maire

Mai 2021

Verra-t-on bientôt le bout du tunnel ? C’est la question que tout le monde se pose aujourd’hui, fatigué de subir depuis des mois les conséquences de la crise sanitaire.
Le Président de la République et le gouvernement nous annoncent du mieux pour ce mois de mai, avec les premières ouvertures de magasins, restaurants et lieux culturels. Nous l’espérons tous ardemment, mais la pandémie nous a appris à rester prudents.
La solution tient en effet à la réussite de la vaccination. Au moment où je vous écris ces mots, les centres de vaccination sont encore en attente de doses de vaccins en nombre suffisant.

" Les centres de vaccination sont encore en attente de doses de vaccins en nombre suffisant. "

À Versailles, notre centre de vaccination tourne à plein régime dès que les vaccins nécessaires nous sont fournis. Une nouvelle fois, je voudrais remercier tous ceux, nombreux, médecins, infirmiers, membres d’associations, bénévoles, élus et personnel de la Ville qui se mobilisent pour le faire fonctionner le mieux possible. Un immense merci également aux professionnels de santé. Ce qu’ils vivent à l’hôpital, dans les cliniques ou leur cabinet est très éprouvant. Ils ont droit à toute notre considération.
Gardons l’espoir que cette fois-ci, les promesses seront tenues et qu’effectivement une vaccination massive permettra de reprendre peu à peu une vie normale.

" Le plus dur pour l’avenir de nos finances sont les très lourds prélèvements faits par l’État sur nos recettes. "

Nous savons que notre économie et notre société resteront néanmoins durablement marquées par ces deux années de crise. Il en va de même pour nos finances municipales. Dans le budget 2021 que nous venons d’examiner, les baisses de recettes pour la Ville sont importantes, les hausses de dépenses également. Mais, depuis quelques années, le plus dur pour l’avenir de nos finances municipales sont les très lourds prélèvements faits par l’État sur nos recettes. Après la baisse des dotations annuelles de l’État, la Ville de Versailles subit en effet :

  • l’augmentation de la péréquation, ce système national de redistribution très opaque entre villes qui dessert terriblement notre commune (4 M€ en 2021, soit l’équivalent de huit points d’impôts),
  • les prélèvements au titre de la loi sur le logement social (1,2 M€ en 2021),
  • des ponctions sur les droits d’amende pour le financement du métro du Grand Paris (1,4 M€ en 2021),
  • la perte définitive des 3 M€ de recettes du parking de la place d’Armes à partir du mois de septembre prochain, au profit du château de Versailles.

     

" Nous maintiendrons néanmoins la fiscalité pour la dixième année consécutive."

Une accumulation de charges nouvelles jamais connue par le passé, fruit d’évolutions contredisant, dans les faits, la logique de décentralisation, alors même que la crise du Covid a montré l’efficacité des communes.
Dans ce contexte budgétaire particulièrement difficile, dont quatre pages de ce magazine vous rendent compte, nous maintiendrons néanmoins pour la dixième année consécutive les taux de la fiscalité, et comme depuis deux ans, les tarifs municipaux. Trois priorités budgétaires ont été dégagées : la transition écologique, la famille et la sécurité.
Versailles a récemment été classée dans une grande enquête nationale, comme la ville la plus agréable à vivre des Yvelines, et la 45e au niveau national. Nous mettrons tout en oeuvre pour que notre cité reste cette ville attractive où il fait bon vivre.


François de Mazières 

Maire de Versailles 
Président de Versailles Grand Parc