Mairie

Tribunes libres

Le Conseil municipal de Versailles est composé de 6 groupes qui disposent chacun de leur propre espace d'expression dans cette rubrique :

  • Union pour Versailles
  • En avant Versailles
  • Vivre Versailles - Écologie citoyenne
  • Ensemble vivons Versailles
  • Rassemblement pour Versailles
  • Le réveil démocratique et solidaire

Les textes de cette page reproduisent intégralement les "tribunes libres" du magazine de la Ville ouvertes aux groupes formés au sein du Conseil municipal. Ils n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

MAI 2021

UNION POUR VERSAILLES

Engagés pour nos jeunes !

La crise du Covid-19 affecte l’ensemble des Versaillais, y compris nos jeunes. Lutte contre la précarité, retour à l’emploi, soutien aux projets : nous sommes sur tous les fronts pour les aider à s’en sortir.

Des centaines de jeunes Versaillais sont plongés dans la précarité. En lien avec des dizaines d’associations mobilisées, nos services municipaux coordonnent leurs actions pour les accompagner et répondre, sur le terrain, à leur détresse : écoute et accompagnement psychologique, soutien scolaire, lutte contre le décrochage scolaire et professionnel, soutien aux familles, lutte contre la délinquance et la radicalisation. JVersailles.fr, le site des jeunes à Versailles, recense les aides financières et les dispositifs de soutien psychologique qui leur sont dédiés.
De nombreux jeunes Versaillais cherchent une formation ou un emploi. Pour cela, la Ville s’est dotée d’une mission emploi et consacre son premier Rendez-vous de l’Emploi à la jeunesse (voir p. 07).
Vous y trouverez :

  • Des employeurs privés et publics qui embauchent des jeunes (tous types de contrats).
  • Des partenaires institutionnels (Mission locale, Pôle Emploi, Conseil départemental).
  • Des associations prêtes à accompagner les demandeurs d’emploi avant de rencontrer les recruteurs. Rendez-vous le jeudi 20 mai après-midi à l’ancienne Poste (sous réserve des conditions sanitaires) ! Par ailleurs, JVersailles.fr recense les dispositifs Emploi nationaux et régionaux dédiés aux jeunes.

Malgré la crise, beaucoup de jeunes lancent leurs projets, associatifs et entrepreneuriaux. Nous les soutenons pour les faire grandir.

  • Nous les finançons : la Bourse Jeunes est allouée à plusieurs projets jeunes par an. Postulez chaque année, entre janvier et mars, sur JVersailles.fr.
  • Nous les faisons connaître : un portrait jeune et un portrait jeune entrepreneur sont publiés chaque mois sur JVersailles.fr et sur nos réseaux.
  • Nous leur apportons une aide concrète : mise à disposition de salle pour une formation ou une conférence, prêt de matériel de propreté pour organiser une marche verte…

Vous voulez être accompagné ? Contactez la Mission Jeunesse : jeunesse@versailles.fr 01 30 97 85 99.
Le soutien aux jeunes artistes et aux groupes, qui n’ont pas pu se produire depuis des mois, est essentiel. À la suite des Vendredis du Rock, la Ville de Versailles a lancé le 15 avril dernier son tremplin musical Versailles Live, dédié aux jeunes talents, retransmis depuis le palais des congrès entièrement rénové. Les quatre artistes préférés s’affronteront lors de notre grande finale en septembre.
Enfin, après la crise il sera temps de refaire la fête ! Retrouvez la nouvelle édition de notre guinguette, qui ouvrira en juin (selon les conditions sanitaires).

Notre équipe continuera à s’engager pleinement pour tous les jeunes Versaillais. Un immense merci aux agents de la Ville et à nos dizaines de partenaires mobilisés, privés, publics, associatifs, individuels et collectifs.

La Majorité municipale

Vers le haut


EN AVANT VERSAILLES

Un logement à Versailles à moins de 3 000 € le mètre carré ? S’adresser à la mairie !

Le conseil municipal du 10 décembre dernier a eu à se prononcer sur la vente au groupe Franchetti Immobilier d’un bien situé au 14, rue du Parc de Clagny à un prix au mètre carré inférieur à 3 000 €. D’après le site Internet www.meilleursagents.com, le prix du mètre carré à Versailles est voisin de 8 000 €. Émus par la modicité du prix auquel la ville vendait son bien au groupe Franchetti, vos représentants ont demandé des éclaircissements à caractère probant, n’en ont pas vraiment reçu, et ne sont pas parvenus à convaincre la mairie du fait qu’il devait être possible de faire mieux pour l’avenir.

Deux mois plus tard était présenté au conseil municipal le budget de l’année 2021. Alors que la France traverse une crise économique sans précédent, que l’argent manque partout dans les caisses et que la gestion des deniers publics doit être plus que jamais rigoureuse, l’exercice 2021 prévoit la vente à une société en nom collectif, la SNC Versailles Pion (à notre compréhension la société Icade Promotion) de terrains situés dans le parc historique du château de Versailles à un prix de 267 € le mètre carré de surface de plancher. Le promoteur immobilier acquiert ainsi pour 12,5 millions d’€ un terrain sur lequel pourront être construits des immeubles d’une valeur de près de 400 millions d’euros ! Il n’a pas été possible de comprendre pourquoi ce terrain voisin d’un des plus beaux lieux de France était vendu à un prix aussi bas.

Contrairement à ce qui se passe dans les pays anglo-saxons, les élus disposent en France de moyens limités pour exercer le contrôle de l’exécutif. Il nous est difficile de ce fait de nous prononcer sur le budget 2021, ne fût-ce qu’en raison des écarts entre ce qui est annoncé et ce qui est réalisé. Pour donner deux exemples, il est considéré dans ce budget que l’émondage des arbres contribue au développement durable et que le recrutement de contractuels à parcmètres est une mesure de sécurité. Ce budget 2021 fait néanmoins apparaître au moins trois sujets d’inquiétude :

  • le refus de l’équipe municipale d’examiner un scénario de forte baisse des ressources de la ville,
  • la poursuite, au travers des prêts garantis, d’une politique d’endettement à taux variables qui est aujourd’hui périlleuse,
  • l’absence des préoccupations de sécurité.

Fabien Bouglé
Jean Sigalla

Pour contacter la liste En avant Versailles !
enavantversailles@remove-this.gmail.com

 

 

Vers le haut


VIVRE VERSAILLES - ÉCOLOGIE CITOYENNE

Eco-gestes

- Mais qu’est-ce que c’est ?
- Des gestes qui prennent soin.
- Comme « faire attention à » ?
- Oui, par quoi veux-tu commencer ?
- Si je prenais soin de ma santé je pourrais faire comment ?
- Moi j’ai commencé par arrêter de manger des pesticides, insecticides, bactéricides, fongicides, écocides, t’en penses quoi ?
- Tu mangeais tout cela avant ? t’es malade ? !
- D’autant plus malade que je partageais avec mes enfants, ma famille ! Et que je me suis sentie esclave de cette industrie pendant des décennies, sans avoir conscience que je pouvais choisir autre chose !
- Mais comment as-tu fait ?
- J’ai découvert des consommateurs qui s’organisent pour acheter auprès de paysans pour maintenir l’agriculture paysanne. J’ai découvert des magasins et coopératives engagées dans le bio, le local, le prix qui rémunère au juste prix et le vrac. Tout cela m’a réconcilié avec ce que j’avais envie de vivre, manger sainement (sans perturbateurs endocriniens), contribuer au juste endroit (relation éthique avec le producteur), limiter mon impact carbone (le choix local) et enfin limiter mes déchets (merci au vrac et stop au sur-emballage et plastique nocifs), tout cela me permet de suivre les saisons, des plantations jusqu’à mon assiette, de mitonner des plats en famille autour de nouvelles saveurs, crues, cuites, une abondances de possibles, et la fierté de contribuer à une économie circulaire et saine pour la planète et tout le vivant.
- Mais à quel prix ? !
- Est-ce que ma santé a un prix ? Est-ce que la saveur a un prix ? En effet, la culture maraîchère bio implique davantage de travail manuel, à l’opposé de la mécanisation et de l’agriculture pétro-chimique ! Et cette valeur je suis prête à la payer pour manger sainement en diminuant la consommation de viande (la même surface nourrit 1 seul carnivore ou 20 végétariens) je choisis cette voie au service de la vie. Et l’impact sur le porte monnaie est direct : 4 €/kg de légumes bio locaux versus 30 €/kg de viande bio ou pas… je fais en plus des économies depuis que je mange bio. T’en penses quoi ?
- les bras m’en tombent…c’est quand même réservé aux plus nantis, bobo, biobio ?
- oui si je continue de consommer quotidiennement de la viande (>20 €/kg), du fromage (>15 €/kg), d’acheter neuf (> litres d’eau pour confectionner un jean et ne parlons pas des milliers de kilomètres parcourus avant d’arriver sur les étales)…versus mon panier hebdomadaire à 4-5 €/kg ;-)
- mais le reste, tu dépends bien de l’industrie pour le reste ? !
- Réponse dans une prochaine tribune ou dans les associations alternatives citoyennes et écologiques à Versailles.”

Texte de Gaëlle (tribune ouverte à des habitant.es).
Nos diagnostics en marchant : voir notre agenda.
Nos permanences les jeudis ou samedi matin sur rdv.
Belle journée

Renaud Anzieu • Marie Pourchot
contact@remove-this.vivreversailles.org
www.vivreversailles.org

Vers le haut


ENSEMBLE VIVONS VERSAILLES

A quand un véritable plan de transition écologique pour Versailles et Versailles Grand Parc (VGP) ?

Dans son rapport sur le développement durable, la Ville a fourni un bel effort de transparence sur le suivi des performances des fondamentaux que sont la sobriété énergétique, les mobilités sobres et douces et l’écologie urbaine. Elle a aussi présenté le budget 2021 de manière transversale sur l’axe de la transition écologique. C’est une première étape dans la construction d’un véritable plan d’adaptation au dérèglement climatique.
Nous regrettons cependant l’absence d’ambition et de méthode pour une réduction de l’impact carbone et de la pollution de l’air. Nous ne disposons d’aucun élément chiffré pour objectiver la démarche. Nous proposons que le tableau de bord initié cette année par la Ville soit complété par des objectifs fixés et mesurés annuellement. L’ADEME propose des fiches « Transition écologique, un mandat pour agir » et une méthode d’analyse du budget sous le prisme de l’impact des dépenses sur le climat.
Les actions de sensibilisation, limitées aux enfants, devraient s’adresser à tous les citoyens. Outre les fresques du climat indispensables pour les élus et les conseils de quartier, nous jugeons nécessaire de dispenser des formations ADEME aux services municipaux et communautaires. Le volet alimentation n’est pas abordé en dehors de la sensibilisation des enfants à la lutte contre le gaspillage. Alors que la Ville s’apprête à renouveler le marché pour les cantines scolaires, c’est le moment d’offrir le choix de l’option quotidienne végétarienne, moyen de lutter contre le réchauffement climatique et les problèmes de santé liés à la surconsommation de protéines animales et à l’insuffisance de fibres. Les marchés de la restauration collective, dont les repas à domicile des seniors, sont des leviers de réduction des gaz à effet de serre.
Les actions de la Ville devraient être complétées par celles de l’agglomération mais le rapport de VGP se limite à quelques illustrations de réalisations communautaires certes intéressantes, notamment l’expérimentation de la tarification éco responsable sur 8 autres villes de VGP ou le rôle de facilitatrice de projets dédiés au maraîchage urbain et périurbain pour encourager l’économie circulaire. Le Plan Climat Air Energie Territorial (PCAET), obligatoire pour les EPCI de plus de 50 000 habitants, est un outil de planification stratégique et opérationnel qui permet aux collectivités d’aborder l’ensemble de la problématique air-énergie-climat sur leur territoire. Il tarde à sortir et n’est même pas mentionné dans le rapport ni dans le budget de l’agglomération !
Il reste beaucoup à faire pour qu’une ambition et une stratégie soient formalisées et que l’ensemble des leviers à la portée des collectivités territoriales soient pris en compte et actionnés. Nous nous réjouissons des consultations prévues d’ici l’été sur le futur PCAET.

Anne-France Simon
Ensemblevivonsversailles.fr
ensemblevivonsversailles@remove-this.gmail.com

Vers le haut


RASSEMBLEMENT POUR VERSAILLES

Le temps des constructeurs est venu.

Voici maintenant plus d’un an que nous sommes sous le joug tyrannique de règles parfois absurdes et arbitraires et qu’aujourd’hui nous voyons d’autres pays qui n’ont pas subi ce « Waterloo vaccinal européen » rouvrir progressivement.
Cette crise, au-delà des incohérences et des décisions contradictoires des gouvernants en place, met à nu les effarantes erreurs politiques commises par ces prétendues élites depuis 40 ans : dégradation du système de santé, argent public jeté par les fenêtres, insécurité galopante, précarité, mépris témoigné aux français quelle que soit leur condition…
La liste des mensonges et trahisons de ceux en qui les français avait placé leur confiance s’allonge un peu plus chaque jour. Avec une accélération sans précédent, les crises sanitaire, sociale, migratoire, économique détruit chaque jour notre Pays dans quasiment tous les domaines.
Plus grave et plus blessant encore : chaque français est aujourd’hui privé de sa capacité à se projeter, à organiser sa propre vie et à anticiper l’avenir y compris dans les moindres détails de sa vie intime. Il n’est pas un morceau de notre vie quotidienne qui ne soit pas affecté par cette désastreuse gestion à flux tendu.
Les prochaines élections départementales et régionales, seront-elles elles aussi confinées et confisquées par quelque manoeuvre gouvernementale ? Il est impossible de le dire à l’heure où nous écrivons cette tribune alors que nous sommes seulement à quelques semaines d’un scrutin si important pour la vie quotidienne de tous les Versaillais.
Les mois et années à venir doivent impérativement être consacrés à la reconstruction de notre système global, tant dans les priorités qui sautent aux yeux que dans la façon d’entrevoir la vie sociale, économique, urbanistique, démocratique, juridique, médicale, industrielle…
Le rôle de chaque élu et de l’ensemble du personnel politique est de regarder la situation telle qu’elle est et de se retrousser les manches pour le Bien Commun.
Le temps est venu pour chacun d’entre nous de faire le bon choix : Celui de l’audace et de l’efficacité à relever les défis. C’est choisir ceux qui combattent audelà des intérêts partisans, choisir ceux qui veulent que la France reste la France, qu’Elle soit plus forte ; Choisir ceux qui veulent avant tout que chacun soit plus protégé, plus prospère et plus à même de défendre et transmettre sa culture et son identité.
Enlisés dans leurs dogmes, les exécutifs en place, au mieux occupés à préserver leurs intérêts personnels, et au pire fervents militants d’une idéologie mondialiste moribonde, ne cesseront jamais d’alimenter au quotidien ce système solidement mis en place.
Seuls les candidats unis sous la bannière du Rassemblement National vous défendront réellement et sans relâche avec une âme de constructeur. Le futur est ce que nous en ferons et c’est maintenant. #FrancaisRéveillezVous !


Anne Jacqmin

anne.jacqmin@remove-this.versailles.fr
Rassemblement pour Versailles

Vers le haut


LE RÉVEIL DÉMOCRATIQUE ET SOLIDAIRE

Habitat groupé - Habitat autogéré - Habitat participatif

La municipalité tente de trouver un chemin dans le sens de l’écologie : développement de réseau de pistes cyclables, les espaces verts sans engrais….
Il est temps d’aller beaucoup plus loi. L’habitat est un secteur clé. Proposons aux Versaillaises et Versaillais des opérations pilotes d’habitats participatifs, groupés ou autogérés.
En lien avec L’OPH de la ville, le lancement d’opérations de sensibilisation dans les résidences serait pertinent. Des habitats participatifs peuvent être crées ou mis en place dans les résidences existantes.
Des opérations similaires ont déjà été créées dans d’autres villes. Des essais ont été réalisés avec succès avec la constitution d’associations des résidents. Nous sommes bien conscients que tous les habitants d’une résidence ne sont pas sensibles aux questions d’habitats participatifs mais une opération pilote de la ville et de l’OPH fait du sens.
Certaines familles sont là que de passage. Le sentiment général est qu’ils n’arrivent pas à s’approprier leur lieu de résidence car il manque des parcelles d’autogestion. L’habitat participatif (ou autogéré, ou groupé) est peut-être une solution pour demain. Pour que les habitants se sentent plus investis dans leur propre logement.
Face à l’individualisme, il est compréhensible que l’OPH propose (impose) un règlement unique dans ses résidences. Certains points sont manquants et certains points sont, certainement, de trop.
Les résidents eux-mêmes devraient pouvoir discuter de leurs propres règlements. Dans un habitat groupé tous les voisins se connaissent et participent à la vie de la résidence. Un accueil facilité pour les nouveaux arrivants. Les locaux communs sont proposés où l’on peut se regrouper. Discuter de différents sujets qui nous tiennent à coeur, des envies des uns et des besoins des autres. Différents groupes peuvent être constitués.
Souvent on parle des projets à réaliser, mais l’attrait est de faire aussi avec les résidences existantes. Peut-on les transformer en habitat participatif en sensibilisant et travaillant directement avec les habitants sur place ? La ville et l’OPH doivent aussi être très mobilisés pour accompagner et montrer la volonté de développer ce type d’habitat. Dans ce type gestion il est absolument nécessaire que les trois parties soient unis, travaillent de concert et soient à l’écoute autant que nécessaire.
Lors de la période du confinement, nous avons bien compris que les voisins sont précieux. Même tous différents nous pourrions être utiles les uns aux autres. Les commandes groupées, les livraisons pour les plus vulnérables, les partages des véhicules, des outils, des vélos, des aliments…
Il est nécessaire de faire confiance aux habitants en leur donnant le pouvoir d’agir, de décider et d’intervenir activement. Tout le monde sera gagnant.


Le-Réveil-Démocratique-et-Solidaire.fr

Vers le haut