Culture

Versailles et les architectes

A l’occasion des Journées nationales de l’architecture du 16 au 18 octobre 2020, retour sur trois fonds d’architectes conservés aux Archives communales de Versailles.

Les Archives communales ont reçu en don, à la fin du XXe siècle, les fonds de trois architectes : Jean-Claude Dufresne, Jean-Claude Rochette et Pierre-Edouard Lambert, ayant contribué à l’évolution architecturale de la ville de Versailles entre les années 1950 et 1990.

Ces fonds sont classés dans les fonds privés (série Z) respectivement 201 Z, 202 Z et 203 Z.

Le fonds Jean-Claude DAUFRESNE

L’architecte Jean-Claude Daufresne est né à Paris en 1924 et décédé à Neuilly-sur-Seine en mars 2005. Diplômé en 1946, il occupe le poste d’architecte en chef des bâtiments civils et palais nationaux à partir de 1959. Il intervient notamment sur les bâtiments du théâtre de l'Odéon, du Palais-Royal et du palais du Louvre et des Tuileries à Paris, ainsi que du château de Malmaison. Il devient par la suite architecte en chef du ministère des Armées.

Il a essentiellement travaillé en Île-de-France : à Paris et dans plusieurs communes des Hauts-de-Seine, du Val-de-Marne ou des Yvelines. A Versailles, sa plus importante réalisation est le plan d'urbanisme de détail pour le quartier des Petits-Bois (1000 logements sur 10 hectares) entre 1957 et 1985.

Après la cessation de son activité, Jean-Claude Daufresne a pris contact avec la ville de Versailles en 1992 afin de remettre ses archives relatives aux travaux qu’il a pu réaliser à Versailles. Ainsi, l’architecte verse aux Archives communales les documents et plans concernant ses réalisations : habitats sociaux, habitats résidentiels, foyer du Fonctionnaire et de la famille, … ainsi que le projet non abouti de l’étude pour l’aménagement du domaine de Madame Élisabeth avec construction de résidences de standing.

Le fond Jean-Claude ROCHETTE

Jean-Claude Alfred Rochette est né le 30 mars 1927, à Versailles. En 1945, il se lance dans des études d’architecture et obtient son diplôme « Etude et Conservation des Monuments Historiques » (1955). Il termine premier au concours d’Architecte en Chef des Monuments Historiques (ACMH) en 1963-1964. Il est nommé inspecteur général en 1982.

Sa fonction d’ACMH mène Jean-Claude Rochette à travers toute la France. Fonctionnaire d’état, il se voit affecté, par arrêté du ministre chargé de la Culture, plusieurs circonscriptions territoriales successives pour lesquelles il est chargé de l’exécution des missions de surveillance et de conseil mais aussi de la maitrise d’œuvre des travaux de restauration sur les immeubles classés au titre des monuments historiques. Il dirige également des missions à l’étranger, au titre des « Affaires Culturelles » (Rome, Lisbonne et Rhodes), ainsi qu’au titre des « Affaires Etrangères » (Lisbonne, Naples et Copenhague).

Jean-Claude Rochette travaille sur le département des Yvelines de 1974 à 1992, et notamment sur le territoire de la ville de Versailles. Sur cette circonscription géographique, il s’occupe des édifices classés, à l’exception du Château de Versailles qui est confié à un architecte dédié. La municipalité de Versailles conclut plusieurs contrats avec lui, pour l’exécution des travaux qu’elle souhaite entreprendre sur ces bâtiments classés et inscrits : Bibliothèque municipale, fontaine Saint-Louis, hôpital Richaud, hôtel du Barry, maison des Italiens, musée Lambinet, parking Saint-Louis, pavillons de l’Octroi, théâtre Montansier.

Le 19 juillet 2006, Jean-Claude Rochette remet la partie de ses dossiers d’ACMH concernant Versailles, en don, à la ville de Versailles soit 9 cartons de déménagement, 3 dossiers, 7 rouleaux à plans grand format et 3 rouleaux à plans petit format. 

Le fonds Pierre-Edouard LAMBERT

Pierre-Edouard Lambert (29 avril 1901, Versailles - 15 juillet 1985, Paris) entre à l’Ecole supérieure des Beaux-arts de Paris où il suit les cours de l’atelier de son propre père Marcel Lambert, premier grand prix de Rome et architecte en chef du palais de Versailles de 1888 à 1912. Il obtient son diplôme du gouvernement avec mention en 1932.

Il est l’un des plus fidèles disciples d’Auguste Perret, comme le prouve l’ensemble de son œuvre largement inspirée et influencée par l'architecte, tout particulièrement dans ses premières réalisations : projet d’hôtel de ville à Montlhéry, projet d’aménagement d’une place à Paris ou d’un hôtel particulier à Auteuil.

Architecte-voyer auxiliaire à la mairie du 8ème arrondissement de Paris de 1941 à 1945, il retrouve Auguste Perret à la fin de la Seconde guerre mondiale et forme l’Atelier de reconstruction de la ville du Havre. Après la Reconstruction, de 1956 à 1966, il est architecte conseil du ministère de la Construction pour les trois départements du Lot, du Tarn et de l’Aveyron, et pour les deux ZUP (zones d’urbanisation prioritaire) de Rouen et du Grand Quevilly. Il travaille également à la réalisation de grands ensembles de logements, lotissements et cités HLM en région parisienne (Etampes, Bièvres, Gennevilliers, Bobigny) et d’ensembles sportifs, surtout dans le nord de la France : Valenciennes, Lille, Cambrai, Calais ou Dunkerque.

Remis en mars puis complété en octobre 1979, le fonds Lambert rassemble les dossiers des réalisations et projets de l’architecte sur Versailles entre 1955 et 1974 : bâtiments collectifs (logements sociaux du groupe Moser, foyer pour personnes âgées), grands équipements communaux (palais des Congrès, marché Notre-Dame) et aménagements urbains (polygone des Mortemets, Petite Place). Soit l’équivalent de dix rouleaux de plans (278 unités), 25 dossiers de pièces écrites et plans d’entreprise, et un album de 54 photographies.

Coordonnées

Archives communales de Versailles
Grande Ecurie du Roi
1 avenue de Paris
78000 Versailles

Téléphone : 01.30.97.28.80
Fax : 01.30.97.28.79
Courriel : archives.communales@versailles.fr